Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs - Avec le soutien de la COCOF
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
25 ans d'ASBL, ça se fête Very Happy
Rappel : Le local de la cave appartient à Alpa et est strictement non fumeur.
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Je suis très désappointé !
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 1789 - 1815

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: 1789 - 1815    Lun 20 Fév 2017 - 22:14

Bon voilà je relance un résumé de la campagne lancée en 2009 !

Il y a déjà eu un forum : pour les nostalgiques : http://saigneurs.forumactif.org/f120-1789-l-aigle-le-leopard
Août 2009
(Désolé Lyli j’ai recopié le texte de Zwak de l’époque)
Création de personnages par Brett avec Lyly, Mimi, T.D.B., Zwak, Krelock

Comparé à mes petits camarades je ne pense pas être aussi littéraire, le but est de recadrer action et chronologie
Par contre vos interventions lyriques sont bienvenues et attendues


Pour parler des dates et de qui joue quand
http://saigneurs.forumactif.org/t8827-full-1789-1815

Description de Fouché (anc. Hoche) par Zweig:
fluet, nerveux, anémique, laid, corps maigre, d’une sécheresse presque spectrale, un visage étroit, osseux et anguleux, d’une laideur désagréable ; le nez est incisif ; incisive et effilé la bouche, toujours fermée ; les yeux sont d’une froideur de poisson, sous des paupières lourdes et  quasi engourdies ;   les pupilles sont grises comme celles de certains chats, semblables à des boules vitrifiées. Tout dans ce visage, tout dans cet homme reflète pour ainsi dire, une vitalité très limitée : on dirait quelqu’un aperçu à la lumière du gaz, livide et blafard. Aucun éclat dans les yeux, aucune sensualité dans les mouvements, aucun ressort dans la voix. Les cheveux sont minces et répartis par mèches, les sourcils roussâtres et à peine visibles ; les joues sont d’un gris terne. Il semble qu’il n’y ait pas dans cet organisme un colorant suffisant pour donner au visage l’aspect de la santé ; cet homme tenace et d’une puissance de travail inouïe a toujours l’air fatigué, malade, convalescent. Tous ceux qui le voient ont l’impression que dans ses veines ne circule pas un sang chaud et rouge. Et en vérité, même moralement, il appartient à la race des êtres à sang froid. (…) pas de femmes, de vin, de jeu, d’exercice physiques,…. jamais en colère, jamais un nerf ne tremble sur son visage. Seules ses lèvres minces et exsangues se plissent parfois un petit sourire, tantôt de politesse, tantôt d’ironie (…)


EN CONSTRUCTION


Dernière édition par Brett le Mer 29 Mar 2017 - 18:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Chronologie 1   Mer 22 Fév 2017 - 14:27

1788
Novembre
La Rochelle, un étrange meurtre ou plutôt un massacre ... certains en seront marqué à vie

1789
janvier : Parution de la brochure de l'abbé Sieyes « Qu'est-ce que le tiers état ? »
7 février : Ordre de rédiger des Cahiers de doléances.
24 janvier : Parution du règlement des États généraux.
mars à mai : Élection des représentants aux États généraux.
2 mai : Présentation par ordre des 1200 députés au roi.
5 mai : Ouverture des États généraux à Versailles dans la salle des Menus Plaisirs.
6 mai : Brissot publie le premier numéro du « Patriote français ». Un arrêt du Conseil d'État interdit la publication toute espèce de journaux sans autorisation expresse.
13 juin : 2 membres du clergé se joignent au tiers état.
17 juin : Le tiers état se proclame Assemblée nationale, les deux autres ordres ayant refusé la délibération commune.
20 juin : Serment du Jeu de Paume
22 juin : L'Assemblée nationale se réunit à l'église Saint-Louis à Versailles.
23 juin : Séance royale : Le roi déclare le maintien des trois ordres et annule les délibérations du 17 juin
Apostrophe apocryphe de Mirabeau : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes ».
L'Assemblée nationale déclare inviolable la personne de ses députés.
27 juin : Le roi ordonne au clergé et à la noblesse de se joindre au tiers état.
9 juillet : Proclamation de l'Assemblée constituante
11 juillet : Renvoi de Necker. Mécontentement, agitation dans Paris
Joseph-Gilbert Motier, marquis de La Fayette présente un projet de déclaration des Droits de l'Homme à l'Assemblée constituante.
12 juillet : Arrivée de Théophile (de) Maury [TDB] et Guindey [Krelock] à Paris. Ils manquent de se faire tuer par des chevau-legers. Harangue de Camille Desmoulins - ami d'étude [TDB] au Palais-Royal.
14 juillet : Prise de la Bastille. Théophile Maury [TDB] et [Mimi] tentent d'abord des négociations. [TDB] y dirige les assauts et à la tête des insurgés s'empare de la place [Mimi] tue d'un coup de pistolet le gouverneur au moment ou se dernier va mettre le feu à la réserve de poudre. [Lyli] soigne de nombreux blessés
17 juillet : Aphrodite, Klébert, le chevalier et Théophile se revéille sonné, dépouillé, dépité dans l'hôtel particulier de Mme de Rohan


Dernière édition par Brett le Mer 22 Fév 2017 - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: HISTOIRE 2    Mer 22 Fév 2017 - 14:27

PLACEHOLDER
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Personnages   Mer 22 Fév 2017 - 14:31

UNDER CONSTRUCTION
PJs

Théophile Maury aka Thierry
Jeanne Courtois aka Sophie
Marcel Maury aka Lifo
Jean-Baptiste Guindey aka Didier (et avant Krelock)
Camille Maury aka Anne
Nicolas Philibert aka Fred
Thomas Carpentier aka Audrey
Alexandre Maury aka Mimi

Raphaël Chevalier Danceny
aka Jim

Vue depuis sa propriété à Avignon


Aphrodite Maury aka Lyli
Klebert Massart aka Julian
Fançois Chaumier aka Xander
Charles Chaumier aka Sébastien
Irène Maury aka Ka


Dernière édition par Brett le Sam 25 Fév 2017 - 11:01, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Théâtre   Mer 22 Fév 2017 - 15:32

(merci Wiki)

A la fin du xviiie siècle, l'Italie n'est plus, ou n'est encore, qu'une « expression géographique » : la péninsule est partagée en 10 États indépendants, tous affiliés à la maison d'Autriche ou à la maison de Bourbon. Elle sort d'une longue période de paix dont son économie a tiré parti, en améliorant ses voies de communications et en accroissant sensiblement sa population.

Dès 1789, les dirigeants conservateurs de ces monarchies appréhendent avec inquiétude la Révolution, ses désordres et ses idées libérales. L'expansionnisme français est de même historiquement redouté, préoccupations justifiées dès 1791 par les annexions au royaume de France des enclaves papales d'Avignon (où le chevalier Danseny a reçu  une belle propriété à la suite de sa victoire) et du Comtat Venaissin, puis l'année suivante de Nice et de la Savoie, possessions du roi de Sardaigne. De plus, les prêtres français émigrés qui affluent dans cette péninsule profondément catholique y créent une émotion considérable en racontant les persécutions subies. Au début de 1796, les États italiens sont tous dans l'orbite de la Coalition et dans l'ensemble hostiles à la République française, bien que cette hostilité se décline sur un spectre qui s'étend de la neutralité ambigüe à la guerre ouverte.

Le royaume de Naples, le plus grand d'Italie, recouvre la moitié méridionale de la péninsule ainsi que la grande île de Sicile. Il borde au nord les États du Pape et est entouré par la mer de tous les autres côtés. Il compte environ 6 millions d'habitants, dont 400 000 à Naples. Son roi Ferdinand IV est un Bourbon, et son épouse la sœur de Marie-Antoinette, reine de France guillotinée à ce titre. Le régime tient donc la Révolution française en abomination.

Les États pontificaux occupent en effet le centre de l'Italie, bordés au sud par le royaume de Naples, à l'ouest par la Tyrrhénienne et à l'est par l'Adriatique. Ils regroupent 2 400 000 habitants dont 140 000 à Rome, la capitale. Le Pape peut mettre sous les armes une armée médiocre de 6 000 à 7 000 hommes.

Le grand-duché de Toscane compte 1 million d'habitants, dont 80 000 à Florence, sa capitale. Géré par un archiduc autrichien qui garde la neutralité avec la République française, qu'il a reconnue, il possède notamment le grand port de Livourne sur la Tyrrhénienne.
La république de Lucques, neutre, compte 100 000 habitants.

Le duché de Modène compte 350 000 habitants dont 20 000 à Modène. Il est géré par le dernier descendant de l'ancienne maison d'Este, dont l'héritière est mariée à un archiduc autrichien. Il peut mettre environ 6 000 hommes sous les armes et garde la neutralité avec la France.
Le duché de Parme, Plaisance et Guastalla regroupe 250 000 habitants et possède une armée de 2 500 à 3 500 hommes. Il se trouve dans l'orbite de l'Autriche et garde la neutralité avec la France.

La Lombardie autrichienne, la région la plus riche d'Italie, compte 1 100 000 habitants, dont 30 000 à Milan sa capitale, d'où elle est gérée par un archiduc pour le compte de l'Autriche. Cette puissance y entretient un important contingent pour mener la guerre contre la France et protéger son accès au port neutre de Gênes sur la Méditerranée. La Lombardie possède plusieurs places fortes, notamment la citadelle de Milan et Mantoue.
La république de Gênes compte 500 000 habitants, dont 120 000 dans la ville de Gênes. Cet État maritime compte 220 kilomètres de côtes et entend sauvegarder son commerce maritime en gardant la neutralité avec les belligérants, à qui il prête de l'argent. Le peuple soutient la France tandis que le gouvernement et la haute société de noblesse lui sont hostiles. Gênes peut mettre 10 000 hommes sous les armes qu'elle pourrait renforcer par la levée en masse.

La sérénissime république de Venise possède le Frioul, l'Istrie et la Dalmatie (côte est de l'Adriatique), ainsi que les villes occidentales de Bergame, Brescia, Vérone, et Padoue. Elle compte 3 500 000 habitants dont 140 000 à Venise. Elle entretient une armée de plus de 30 000 hommes, soutenus par une flotte puissante et un arsenal de construction maritime. Elle garde la neutralité avec les belligérants, mais « détestait tout le monde, et tout le monde la détestait »: elle n'apprécie pas la France républicaine, mais se trouve excentrée des théâtres d'opérations et entretient une ambassade importante à Paris, qu'elle espère susceptible d'assurer son intégrité si la guerre se rapprochait de ses frontières. Elle se méfie davantage des visées expansionnistes de l'Autriche, d'autant qu'elle n'avait pu éviter d'accorder le droit de passage à ses troupes.

Le royaume de Sardaigne, qui a sa capitale à Turin, compte 3 millions d'habitants en comptant le comté de Nice, le duché de Savoie et la grande île de Sardaigne. Le roi Victor-Amédée III entretient une armée de 25 000 hommes en temps de paix, portée au double en temps de guerre.


Situation politique de l'Italie début 1796 (merci Wiki)


Dernière édition par Brett le Mer 29 Mar 2017 - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Chronologie   Mer 22 Fév 2017 - 15:53

XLV & XLVI Sept 1794 Dublin
Après un débarquement mouvementé sur les côtes irlandaises où nos héros apprennent qu'ils est désagréable de se battre en vêtement trempés Théophile se découvre père.
Au Trinity Collège qu'ils manquent d'incendier ils rencontrent un certain Grüber dans les caves
Théophile finira par céder le disque récupéré en Irlande et celui découvert dans l'automate joueur d'échec à Grüber
Depuis le 4 brumaire an IV (26/10/95) Directoire en France
XLVII début 1796 Où nos héros décrochent leurs billets pour l'Italie
XLVIII début 1796 Rencontre dans un vallon - Où nos héros doivent faire leurs preuves
XLIX & L 1796 Entrée en Italie
LI & LII avril 1796 Montenotte
LIII & LIV 1796 Paris
Nos héros croisent Sophie, otage ou pas...
Et n'arrivent pas à mettre la main sur ce nouvel indice
2 mars Napoléon commandant en chef de l'armée d'Italie - Campagne d'Italie
LV Mai 1796 Paris - Soirée en ville
LVI Mai 1796 Paris - Les caisses sont vides
LVII Mai 1796 Paris - Où tout se bouscule
LVIII Mai 1796 Paris - Où nos héros tentent de voler l'or de Napoléon pour Napoléon
...et réussissent au-delà des attentes du MJ et ramenent même Rose/Josephine
Au passage Jeanne découvre des talents littéraire à son ami Berthier qu'elle ne lui connaissait pas. Elle refuse de partager cette prose avec quiconque et la détruit
LIX Mai 1796 Les chemins d'Italie sont mal fréquentés (Jeanne - Théophile - Marcel - Camille - Danceny)
Où Napoléon est injuste et Berthier jaloux
Escortant Mme Bonaparte et surtout un trésor pour financer les opérations en Italie, nos héros croisent la route d'une très forte colonne autrichienne
L'Archiduc Charles accompagné d'un étrange officier accompagne cette colonne
Ils arrivent à arrêter l'avant-garde et à ramener or et Mme la Générale à bon port non sans s'attirer l’inimitié de Murat
Il ramène aussi un prisonnier : Grüber
Danceny abandonne "généreusement et volontairement" ses droits sur Malmaison

Charles-Louis d'Autriche-Teschen

Joachim Murat


Château de Malmaison

LX Mai 1796 - 21 floréal an IV- Chargez ! Ou les exploits de nos héros à la bataille de Lodi (Jeanne - Marcel - Danceny - Alexandre)
Alors que Napoléon ordonne la prise du pont de force et que les Grenadiers de Massena avancent, une colonne de hussards sous le commandement de Danceny et M Maury passent l'Adda en amont. S'ensuit une charge héroïque, la mise en batterie sous le feu de l'ennemi - par le lieutenant Théophile Maury aidé (et si) de Melle Courtois- qui va décimer les Autrichiens
La journée se termine alors que Jeanne épuisée et blessée passe une grande partie de la nuit à soigner les blessés. Marcel se retire sous une tente, couverts de blessures, gravement touché, sa réplique habituelle à la bouche : "même pas mal". Econduit par Berthier, Danceny se repose alors qu'Alexandre se retrouve à vider une bouteille de cognac avec Berthier sous la nuit étoilée....à parler de Jeanne
Mais cette dernière se moque des suppliques de Berthier. A peine rancunier le général leur rappelle qu'ils doivent battre Grüber et atteindre Rome avant lui. Théophile, Guindey, Jeanne et Thomas étant déjà parti juste après la bataille vers l'Est. D'où départ illico en pleine nuit. Bluffant le MJ nos héros prennent un bateau à Savona et arrivent sans encombre à Rome


La bataille du pont de Lodi oppose l’armée d'Italie du général Bonaparte aux armées coalisées commandées par le général Sebottendorf, pour la prise du pont de Lodi sur l’Adda

LXI Mai/juin 1796 - floréal an IV-Ou nos héros visitent Rome
Sur la piste du Trésor des Templiers, nos héros laissent un souvenir mémorable au Vatican, par deux fois ! La première en participant à une bagarre dans la bibliothèque du Vatican. La seconde où sans honte, ils reviendront frapper à la porte du même bibliothécaire pour demander à revisiter ladite bibliothèque
Lors de la première visite Alexandre achèvera le pauvre évêque anglican Williamson incapable de se défendre
LXII Mai/juin 1796 - floréal an IV-Course-poursuite dans Rome
Ou Théophile caracole dans les ruines antiques en compagnie de Sophie
Et termine à l'auberge
Ou nos héros commencent à douter de la mort de Gruber, même après avoir déterré son cadavre
LXIII Mai/juin 1796 - floréal an IV-Scala de Milan : a night at the Opera
Tous les officiers sont invités par le général Buonaparte à une représentation à la toute nouvelle Scala de Milan. S'en suit des échanges diplomatico amoureux qui peuvent se résumer de la sorte
La Comtesse Sopransi (Giuseppa Carcano, comtesse Sopransi, marquise Visconti di Borgorato - voir ci-dessous) tente de séduire Buonaparte, reste de marbre devant Danseny mais pas face à Théophile qui pourtant ne pense qu'à sa belle Sophie
Ou Sophie ne dit pas oui...mais ne dit pas non au Général Berthier
LXIV Ecrasez moi cette révolte Mon Général
Après que Napoléon puis Berthier aient quitté Milan, ne laissant que quelques unités de second ordre et des blessés à Milan, l'ambiance en ville se détériore, nos héros sont même agressé. Une insurrection de la population du Milanais, sur l'arrière des troupes de Napoléon éclate. Où nos héros interviennent avec énergie
En ville Berthier a laissé quelques chocolats pour Jeanne. Confié à Marcel qui les passe à Théophile celui-ci les laisse traîner dans sa chambre. Quelques combats plus tard Nos Héros réalisent que ces chocolats contiennent probablement l'énorme diamant offert par Napoléon à Berthier que ce dernier aurait pu vouloir offrir à celle dont il est éperdument amoureux.... une enquête aussi énergique que la charge de cavalerie de Marcel permettra de récupérer presque tous les chocolats mais surtout le diamant...


Dernière édition par Brett le Mer 4 Oct 2017 - 14:34, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: PNJs principaux   Mer 22 Fév 2017 - 16:28

+/- par ordre de rencontre
Louis Maury (décédé 1796)
Sophie
Williamson
Lefebvre
Catherine, son épouse
Fouché
Talleyrand
Barras
Napoléon
Rose, Marie-Antoinette : qui a eu une aventure avec Raphaël (mais aussi avec Hippolyte Charles)
Victor
Salicetti
Junot (Andoche)
Massena

Giuseppa Carcano, comtesse Sopransi, marquise Visconti di Borgorato
Née à Milan en 1760 - (Morte à Paris en 1840)

Giuseppa Carcano naquit à Milan l’an 1760 d’une excellente famille de la noblesse locale italienne. A l’âge de vingt ans, elle épousa le comte Giovanni Sopransi qui lui donnera un fils Luigi (né en 1783). Ce premier mariage durera un peu moins de cinq ans et la mort du comte Sopransi laissa la jeune femme veuve avant l’âge de vingt cinq ans.

Elle se remariera avec le marquis Francesco Visconti di Borgorato à qui elle donnera un fils, Alberto, en 1790. Elle brillait au sein de la société milanaise de toute sa beauté. Laure Junot, duchesse d’Abrantès donnera un portrait de la marquise Visconti à l’âge de trente sept ans : « je crois n’avoir jamais vu de tête plus charmante que celle de la marquise de Visconti : elle avait les traits délicats, mais réguliers, un nez surtout qui était le plus joli des nez. Il était légèrement aquilin et cependant, un peu relevé à son extrémité où l’on distinguait une fente presque imperceptible. Ses narines mouvantes donnaient en même temps au sourire de Mme Visconti une finesse impossible à peindre. Elle avait d’ailleurs les dents rangées comme des petites perles, et ses cheveux noirs toujours parfaitement relevés dans le goût antique le plus pur, lui donnaient beaucoup de ressemblance avec le camée d’Erigone ».

Bref, elle était irrésistible, d’autant qu’elle possédait beaucoup d’esprit, une drôlerie naturelle et pas plus dans ses actes que dans ses propos ne s’embarrassait de préjugés. Une femme aussi attirante ne pouvait que briser les cœurs masculins, et justement son destin allait basculer en mai 1796.


Dernière édition par Brett le Sam 15 Juil 2017 - 10:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Hans Grüber   Mer 22 Fév 2017 - 16:42

Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Hussard   Sam 25 Fév 2017 - 11:24


1804

Le terme est un emprunt au hongrois Huszár (hu) qui signifie « vingtième » parce que, dans les guerres contre les Turcs, chaque village devait procurer sur vingt manses, un homme équipé. (merci Wiki)

Les Hussards Noirs, également appelés Hussards de Jemmapes ou Hussards francs du Nord est un escadron constitué pendant la Révolution française
4 février 1793 : l'escadron est créé par Nestor Maurice Mairiau avec l'accord du général Dumouriez. Il s'agit d'un corps franc, ils ne font pas partie de l'armée régulière.
4 juin 1793 : l'escadron est intégré à l'armée régulière et au 10e régiment de hussards.

Anecdote post -campagne: L'expression de « hussards noirs de la République » fut employée pour désigner les instituteurs sous la Troisième République
3 régiments portent encore le nom de Hussards aujourd'hui dans l'armée française
(merci Wiki)


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Rome   Mer 29 Mar 2017 - 16:52


Le Colisée, aquarelle de William Turner

Le pape est Pie VI

quelques extraits de ce monde
L’ensemble de la Curie fonctionne sous la coordination du cardinal secrétaire d’État. On sait que ce poste avait pris de l’importance aux dépens de celui du cardinal-neveu. Pie VI pratique le népotisme en plaçant son neveu Romualdo Onesti-Braschi dans le collège cardinalice
Le cardinal Saverio de Zelada, secrétaire d’État du 13 octobre 1789 au 9 août 1796, est en revanche omniprésent. C’est un homme âgé qui a géré le collège romain après la suppression des Jésuites. Il a 72 ans lors de sa nomination et se plaint beaucoup de sa santé à la fin de son mandat.

si vous désirez en lire plus
Google Book


Les États pontificaux occupent en effet le centre de l'Italie, bordés au sud par le royaume de Naples, à l'ouest par la Tyrrhénienne et à l'est par l'Adriatique. Ils regroupent 2 400 000 habitants dont 140 000 à Rome, la capitale. Le Pape peut mettre sous les armes une armée médiocre de 6 000 à 7 000 hommes. Homme à l'origine libéral en politique, Pie VI a rejoint la Coalition en mars 1793, ne pouvant accepter la constitution civile du clergé, l'annexion d'Avignon et du Comtat Venaissin, ou encore les exactions perpétrées par les révolutionnaires à l'encontre de l'Église française. S'il est incapable de se joindre militairement à la Coalition, il s'y est associé pour en constituer l'un des piliers idéologiques les plus virulents, incarnant le combat de l'Europe chrétienne contre l'anticléricalisme de la Révolution. (wiki)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: En 1792 les 12 mois du calendrier Républicain se nommaient :    Mer 29 Mar 2017 - 17:00

Automne:
VENDEMIAIRE : mois des vendanges 1er mois du calendrier Républicain ( 22 septembre / 21 octobre )
BRUMAIRE : mois des brumes 2ème mois du calendrier Républicain ( 22 / 23 octobre / 21 novembre )
FRIMAIRE : mois des frimas, brouillard froid et épais 3ème mois du calendrier Républicain
( 21 novembre / 20 décembre )

Hiver :
NIVÔSE : mois des neiges 4ème mois du calendrier Républicain ( 21 décembre / 19 janvier )
PLUVIÔSE : mois des pluies 5ème mois du calendrier Républicain ( 20 / 21 / 22 janvier / 19 / 20 / 21 février )
VENTÔSE : mois des vents 6ème mois du calendrier Républicain ( 19 février / 20 mars )

Printemps :
GERMINAL : mois de la germination 7ème mois du calendrier Républicain ( 20 / 21 mars / 19 / 20 avril )
FLOREAL : mois des fleurs 8ème mois du calendrier Républicain ( 20 / 21 avril / 19 / 20 mai )
PRAIRIAL : mois des prairies 9ème mois du calendrier Républicain ( 20 mai / 18 juin )

Eté :
MESSIDOR : mois des moissons , des récoltes 10ème mois du calendrier Républicain ( 20 juin / 19 juillet )
THERMIDOR : mois de la chaleur , des bains 11ème mois du calendrier Républicain ( 20 juillet / 18 août )
FRUCTIDOR : mois des fruits 12ème mois du calendrier Républicain ( 18 / 19 août / 16 / 17 septembre )

à la fin de chaque année 5 jours étaient rajoutés et 6 jours pour les années sextiles
1) Primdi fête de la vertu
2) Duodi fête du génie
3) Tridi fête du travail
4) Quartidi fête de l'opinion
5) Quintidi fête des récompenses
6) Sextidi La Sanculottide


Particularités du calendrier
Le calendrier Républicain
était divisé en 12 mois de 30 jours, eux mêmes divisés en 3 décades
les dix jours se nommaient
primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi,
décadi 10 ème jour de chaque décade et jour de repos remplaçant le dimanche

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Entrée des Français dans Milan en mai 1796   Jeu 1 Juin 2017 - 17:10



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: La TOUTE NOUVELLE Scala de Milan, Teatro alla Scala (ou simplement la Scala)   Lun 19 Juin 2017 - 12:17







La TOUTE NOUVELLE Scala de Milan, Teatro alla Scala (ou simplement la Scala)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Avril/mai 1796   Lun 26 Juin 2017 - 13:02

Rappel:
12 avril 1796-23 germinal an IV: victoire de Montenotte.
21 avril 1796-2 floréal an IV: victoire de Mondovi.
28 avril 1796-9 floréal an IV: armistice de Cherasco.
10 mai 1796-21 floréal an IV: victoire de Lodi.

Evènements importants (pour vous) en cours
Le Général Danseny reçoit l'ordre formel d'emmener en-dehors de Milan, un peu au nord, les troupes détachées pour Kellerman. Le Général Buonaparte ne détache rien et le Gal Berthier ordonne à Danseny de ne rien faire.
Napoléon Bonaparte a signé à Cherasco un armistice avec les envoyés du roi de Sardaigne sans en avoir référé au Directoire. Les négociations continuent à Paris.
Théophile Maury doit rassembler 50 oeuvres d'art à Milan qui seront envoyés à Paris
Camille a la charge des journaux Le Courrier de l’armée d’Italie et La France vue de l’armée d’Italie
Sophie reçoit chocolats et fleurs de Berthier avant son départ... ainsi qu'un écrin à bijou. Berthier lui demande le plus formellement du monde d'envoyer des le lendemain des instructions pour le service de santé
Guinday a disparu, du moins est-il là quelques heures dans sa chambre en fin de matinée, officiellement il est malade. Un matin, un marchand milanais dépose à son hôtel 6 jeux de cartes et 6 série de dés



_________________


Dernière édition par Brett le Sam 15 Juil 2017 - 11:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: A bit of history   Mer 28 Juin 2017 - 12:11

info du net (lien fourni à la demande: je ne veux pas vous tenter d'aller le lire)

2 mars 1796 – Le général Napoléon Bonaparte reçoit le commandement en chef de l'armée d'Italie.
9 mars 1796 – Mariage avec Joséphine de Beauharnais à la mairie du 2ème arrondissement de Paris, rue d'Antin.
11 mars 1796 – Départ pour l'armée.
27 mars 1796 – Arrivée à Nice, prise de commandement et première proclamation à l'armée : « Soldats, vous êtes nus, mal nourris... Je veux vous conduire dans les plus fertiles plaines du monde ».
29 mars 1796 – Bonaparte fait arrêter le commandant d'un bataillon qui a refusé de marcher ; celui-ci et les principaux chefs de la mutinerie passeront en conseil de guerre ; les officiers et les sous-officiers seront renvoyés dans leurs foyers et les soldats disséminés dans les différentes unités de l'armée.
30 mars 1796 – Le général en chef ordonne que l'« On donnera aux bataillons de la viande fraîche cinq fois par décade ».
31 mars 1796 – Les commissaires des guerres et les officiers ayant perçu des contributions dans les pays conquis reçoivent l'ordre de verser au plus vite l'argent qu'ils détiennent dans la caisse du payeur général de l'armée.
2 avril 1796 – Bonaparte gagne Menton : la campagne d'Italie débute.
4 avril 1796 – Six cents sacs de farine sont réquisitionnés pour l'armée : « Les villages qui, sous vingt-quatre heures, n'auront pas obéi à la réquisition, seront imposés à cent livres, en numéraire, par sac qu'ils n'auront pas fourni ».
6 avril 1796 – Bonaparte écrit au Directoire : « J'ai trouvé à Oueille des marbres qui sont évalués à quelque argent. J'ai ordonné qu'on en fasse l'estimation et qu'on les mette aux enchères. Cela pourra nous donner une somme de trente à quarante mille livres ».
10 avril 1796 – Début de l'offensive contre l'armée autrichienne.
12 avril 1796 – Combat de Montenotte.
13 avril 1796 – Bataille de Millesimo.
14 avril 1796 – Entrée à Cosseria. – 15 avril 1796 – Victoire de Dego . Bonaparte écrit au Directoire pour annoncer l'envoi des drapeaux pris à l'ennemi.
16 avril 1796 – Dans une lettre au commandant la 1ère division de l'avant-garde, le général Laharpe, il écrit : « Je vous autorise à lever une contribution en forme d'emprunt, en vin, en bétail, et tout ce qui pourrait être nécessaire à votre troupe ».
21 avril 1796 – Bataille de Mondovi. Bonaparte entre dans la ville en début de soirée. 39 500 rations de biscuit, 8 000 rations de viande et 4 000 bouteilles de vin sont exigées sur le champ à la municipalité.
22 avril 1796 – Le général en chef déclare dans son ordre du jour qu'« il voit avec horreur le pillage affreux auquel se livrent des hommes pervers, qui n'arrivent à leur corps qu'après la bataille pour se livrer aux excès les plus déshonorants pour l'armée et le nom français ». Le même jour, au Conseil des Anciens, une résolution déclare que « l'armée d'Italie ne cesse de bien mériter de la Patrie ».
24 avril 1796 – Nouvel ordre du jour : « L'intention du général en chef est d'imposer de fortes contributions sur le pays conquis, de manière à pouvoir payer la moitié de la solde de toute l'armée en argent. Les officiers et les soldats gagneront également à cette disposition... Si l'on continue à piller, tout est perdu, même la gloire et l'honneur ».
26 avril 1796 – Proclamation à l'armée : « Soldats, vous avez en quinze jours remportés six victoires... Mais vous n'avez rien fait puisqu'il vous reste encore à faire ». Lettre au Directoire : « On fusille demain des soldats et un caporal qui ont volé des vases dans une église... Il a été commis des horreurs qui me font frémir : heureusement que l'armée piémontaise, en battant en retraite, en a fait de pires encore ».
28 avril 1796 – Napoléon Bonaparte signe à Cherasco un armistice avec les envoyés du roi de Sardaigne sans en avoir référé au Directoire.
29 avril 1796 – Lettre au Directoire : « Mes colonnes sont en marche. Beaulieu fuit, j'espère l'attraper. J'imposerai quelques millions de contribution au duc de Parme. Il vous fera des propositions de paix ; ne vous pressez pas, afin que j'aie le temps de lui faire payer les frais de la campagne, approvisionner nos magasins et remonter nos charrois à ses dépens ». Autre lettre à Joséphine pour lui demander de le rejoindre.
2 mai 1796 – Sept mille rations de pain sont réquisitionnées dans les villages de Frugarolo et Cassino.
3 mai 1796 – Castelnuovo et les bourgs et villages environnants sont mis en demeure de livrer trente mille rations de pain dans les vingt-quatre heures.
4 mai 1796 – Ordre au général Pelletier  « Vous resterez à Serravalle jusqu'à nouvel ordre... Vous prendrez vos mesures pour que dans quarante-huit heures vous ayez : 1° 250 000 francs de contributions qui seront payées par les seigneurs ; 2° Deux cents bêtes à cornes ; 3° Deux cents mulets à bât... Vous imposerez le seigneur de Torquata à 50 000 livres. A défaut de paiement de cette somme, vous raserez sa maison et dévasterez ses biens ; c'est un oligarque furibond, ennemi de la France et de l'armée ».
6 mai 1796 – Bonaparte déclare, dans une lettre au Directoire  « Quant à moi, rien, depuis longtemps, ne peut ajouter à l'estime et au dévouement que je montrerai dans toutes les occasions pour la Constitution et le Gouvernement... Ma devise sera toujours celle de mourir pour le soutenir ».
7 mai 1796 – L'armée française entre à Plaisance après avoir passé le Pô.
9 mai 1796 – Un armistice est signé avec le duc de Parme ; il coûte au grand-duché une contribution militaire de 2 000 000 de livres, mille sept cents chevaux et vingt tableaux au choix du général en chef, dix mille quintaux de blé et cinq mille d'avoine, deux mille bœufs.
10 mai 1796 – Victoire de Lodi. Bonaparte est nommé caporal par ses soldats.
14: Bonaparte refuse de partager le commandement avec Kellermann.
15: Bonaparte entre à Milan. À Paris, signature du traité de paix avec le roi de Piemont- Sardaigne.
24: Insurrection de la population du Milanais

Mais le projet de porter la guerre en Allemagne par le Tyrol, qui est toujours l’idée dominante de Bonaparte ne peut s’effectuer avec sécurité tant que la forteresse de Mantoue sera au pouvoir de l’ennemi. La phase suivante de la guerre va se dérouler autour de Mantoue.

Le général fait ses dispositions pour exécuter les plans qu’il a combinés, et dont la réussite lui parait si certaine qu’il écrit au directeur Carnot

Le Directoire prit la détermination de ne plus le laisser seul arbitre de la guerre et de la paix : tout en le félicitant sur sa conquête du Piémont, il le remerciait d’avoir abandonné au commissaire civil, Christophe Saliceti, le soin de traiter des préliminaires pour la paix.

Bonaparte apprit en même temps qu’on avait le projet de diviser le commandement de l’armée d’Italie entre lui et le général François Christophe Kellermann. Cette nouvelle l’affecta singulièrement. Il écrit au Directoire « J’ai fait la campagne sans consulter personne ; je n’eusse fait rien de bon s’il eût fallu me concilier avec la manière de voir d’un autre. Si vous m’imposez des entraves de toute espèce, s’il faut que je réfère de tous mes pas aux commissaires du gouvernement, s’ils ont le droit de changer mes mouvements, de m’ôter ou de m’envoyer des troupes, n’attendez plus rien de bon. Si vous affaiblissez vos moyens en partageant vos forces, si vous rompez en Italie la pensée militaire, je vous le dis avec douleur, vous aurez perdu la plus belle occasion d’imposer des lois en Italie. Chacun a sa manière de faire la guerre : le général Kellermann a plus d’expérience et la fera mieux que moi ; mais tous les deux ensemble, nous la ferons fort mal. Je sens qu’il faut beaucoup de courage pour vous écrire cette lettre ; il serait si facile de m’accuser d’ambition et d’orgueil… » mais écrivit également confidentiellement au directeur Carnot « Je crois que réunir Kellermann et moi en Italie, c’est vouloir tout perdre : je ne puis servir volontiers avec un homme qui se croit le premier général de l’Europe ; et, d’ailleurs, je crois qu’un mauvais général vaut mieux que deux bons. La guerre est comme le gouvernement, c’est une affaire de tact. »

André Masséna s’empare de Milan, et Bonaparte y fait son entrée solennelle le lendemain ; et ce jour même, est signé à Paris, un traité de paix par lequel le Duché de Savoie, Tende, le comté de Nice et autres places, sont enlevées au roi de Sardaigne et passent sous la domination de la France.

Peu de jours après, le Directoire, cédant aux instances de Bonaparte, lui abandonne sans partage la conduite des affaires d’Italie.

De ce moment date la haute influence que Bonaparte va exercer sur les affaires, tant civiles que militaires de Milan, qu’il occupe en souverain. Il poursuit l’exécution des clauses qui sont convenues avec la Sardaigne, conclut des traités avec Rome, Naples et le duché de Parme ; il réprime en personne les mouvements de la Lombardie, qui vient de se révolter

_________________


Dernière édition par Brett le Mer 4 Oct 2017 - 14:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Italie   Jeu 29 Juin 2017 - 15:25


_________________


Dernière édition par Brett le Lun 3 Juil 2017 - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: souvenir de ce WE (Lille)   Lun 3 Juil 2017 - 16:33


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Re: 1789 - 1815    Mer 4 Oct 2017 - 14:01


Venise en 1796

_________________


Dernière édition par Brett le Mer 4 Oct 2017 - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Re: 1789 - 1815    Mer 4 Oct 2017 - 14:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Règle sur les Points d'Héroïsme   Mer 4 Oct 2017 - 21:37

Ce poste est sujet à clarification/édition

Un point d'héroïsme permet
1 d'annuler une blessure sur soi ou sur un autre P(N)J -même mortelle (donc éviter un coup mortel)
2 d'annuler un malus (fatigue..)
3 enchaîner avec une seconde action
4 relancer 4 dés à la place des 3 dés (et ce APRES le jet) - en garder 3
5 introduire un  élément important dans une scène

et ce chaque fois avec l'accord du MJ
Les points d’héroïsme sont accordés au début de chaque chapitre (vous terminez l’Italie, Le prochain chapitre sera l’Égypte). Mais je réfléchis encore au système

De plus j'ai vais introduire des "pierres" qui permettent de relancer un dé ("noires" pour le MJ, "blanches" pour les joueurs
- pour le MJ quand je triche en votre faveur (quand pour une scène "j'adoucis" un jet de dés)
- quand je cède à une demande (mais si j'ai pris un tonneau de poudre, mais si mes 50 cavaliers sont derrière la crête)
- pour les PJs afin de récompenser votre role-play (vos défauts ou avantages) ou une idée brillante

Les dés des PJs seront un pool et non spécifique par joueur

_________________


Dernière édition par Brett le Jeu 5 Oct 2017 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Honorable Sénateur
avatar

Nombre de messages : 1928
Localisation : Le Centre de l'Univers
Date d'inscription : 30/08/2005

MessageSujet: Re: 1789 - 1815    Jeu 5 Oct 2017 - 11:04

Citation :
Un point d'héroïsme permet
1 d'annuler une blessure sur soi ou sur un autre P(N)J -même mortelle (donc éviter un coup mortel)
2 d'annuler un malus (fatigue..)
3 enchaîner avec une seconde action
4 relancer 4 dés à la place des 3 dés (et ce APRES le jet) - en garder 3
5 introduire un élément important dans une scène

C'est un peu le système GoT des destiny points. On les gagne comment, en fait?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Brett
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 804
Date d'inscription : 07/01/2017

MessageSujet: Re: 1789 - 1815    Jeu 5 Oct 2017 - 11:31

Je peux te demander de deplacer ton poste sur la partie organisation de partie (et j’al repondu supra à ta question)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1789 - 1815    

Revenir en haut Aller en bas
 
1789 - 1815
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille de Waterloo.
» Le Bulletin du 20 juin 1815
» Liste Triskèles 1789 points restrictions
» Campagne de 1815 de Napoléon
» [CR]Metz 1815- Histwar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: