Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
25 ans d'ASBL, ça se fête Very Happy
Votre message ici ? Contactez Mulambo Very Happy
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Je suis très désappointé !
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 Néphilim vers l'Apocalypse Chapitre Un les Veilleurs partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dexco
Beau parleur
avatar

Nombre de messages : 433
Age : 52
Localisation : Auderghem
Date d'inscription : 25/09/2016

MessageSujet: Néphilim vers l'Apocalypse Chapitre Un les Veilleurs partie 1   Dim 20 Nov 2016 - 4:02

Nuit de dimanche 22 à lundi 23 septembre 1992

Il se dresse au sommet d'une colline battue par le vent, la pluie fine n'arrive pas à éteindre l'incendie qui encercle l'enfant des Éthers alors que la lune dans son dernier quartier perce à peine les nuages. Non loin de là, une créature qui ressemble au Diable des tarots du peuple-mémoire le regarde en souriant, tenant dans une main une Coupe et dans l'autre un bâton inscrit de signes ésotériques.

Un éclat de rire sardonique provient d'un pendu au sourire béat toujours accroché à sa potence. Le pendu tourne sur lui même semblant inconscient du fait qu'il va bientôt mourir.

Soudain tout explose se transformant en un tableau surréaliste abstrait au style typique du peintre Raoul Dubreuil.

Hanky, l'Efreet tout juste éveillé à cette époque se redresse de sa couche dans son refuge de Rome, au même instant Bumi le Troussepoil à Istanbul, Hartlhit à Rieumes et Haku à Paris sortent eux aussi brusquement de leur sommeil sous l'effet du même rêve.

Aucun des quatre néphilims n'a le moindre doute, il s'agit ici d'un rêve prémonitoire, reste à le comprendre.

Lundi 23 septembre 1992

Le lendemain matin alors qu'ils prennent leur déjeuné dans leurs refuges respectifs, leur attention est attirée par un événement qui bouleverse le monde des arts : Raoul Dubreuil, le célèbre peintre surréaliste a décidé de quitter la Capitale et a installé son atelier dans une église en ruine situé dans un petit village pittoresque du Poitou : Mirebeau. Il a justifié son exil comme une retraite spirituelle pour terminer ses œuvres de jeunesse nommés "les toiles ésotériques"

Une rapide recherche sur internet leur permet d'obtenir des informations sur Dubreuil et Mirebeau.

C'est un peintre connu pour ses œuvres abstraites et tout particulièrement pour son « Air » œuvre de jeunesse et « Feu » plus tardive. La reproduction du tableau « Air » leur fait un choc ! Le Tableau est l'exacte représentation du Ka-Air tel qu'ils le voient grâce à leur vision-Ka. Voilà qui est inquiétant, d'autant que Mirebeau est une ancienne commanderie Templière de première importance.

Chacun de leur côté les Nephilim se dirigent vers la bourgade du Poitou. Bumi, a quelques difficultés à trouver un avion pour la France, alors que les trois autres Nephilim arrivent facilement au seul hôtel du village « l'Auberge des chasseurs ». Ils y sont accueillis par un homme de la quarantaine, bien conservé pour son âge. Habillé de grandes bottes de plastiques, pantalon et veste de couleur kaki, une cartouchière (vide) à la ceinture, il ressemble au chef de la société des chasseurs qu'il est. Avant même de dire bonjour, il leur demande s'ils sont chasseurs. Bien inspirée, Hartlhit confirme qu'elle ne vit que pour la chasse. D’agressif, l'attitude du patron du bar se fait amical. Il fait admirer à ses hôtes les trophées qui décorent sont bar/restaurant et les conduits à leur chambres.

Lors du repas du midi, se reconnaissant comme des Enfants des Éthers, les trois néphilim mangent ensemble, discutant, en égyptien antique, de leurs vies passées. C'est ainsi qu'ils découvrent qu'ils ont fait un rêve en commun, un rêve que l'on ne peut donc pas ignorer. Michel Tournemine, le patron de l'Auberge, sa vision du monde est assez manichéenne, d'un côté dans le village il y a les gens « bien » à savoir les chasseurs, de l'autre les « pas bien » à savoir en vrac, le peintre enfant du pays qui fait du bruit avec ses travaux dans l'église, là juste en face, les fous de hippie des Veilleurs qui passent leur temps à se raconter des histoires idiotes sur le village plutôt que de s'occuper sainement en allant à la chasse et surtout le nouveau médecin le Grilpin là celui là ferait mieux d'aller griller son pain plutôt que de se mêler des affaires qui le dépasse ! La chasse un crime encore un écolo à la merde qui ne sait pas de quoi il parle !

Sous l'impulsion de Hanky, le groupe décide d'aller voir le peintre qui se révèle être un Ange adopté du Pendu. Autant lorsque l'humain est sympathique, autant l'Ange est imbu de sa personne et égoïste. Il est persuadé d'avoir trouvé, grâce à la peinture mystique, le moyen d'atteindre l'Agartha (dont il semble pourtant bien éloigné), et tant pis pour les conséquences sur les autres Déchus. Hanky tente désespérément de lui faire comprendre qu'il est en danger et que l'église va être attaqué mais rien n'y fait.

Hanky décide alors de monter la garde pendant que les deux autres vont visiter cette bourgade qui semble bien ésotériques. Après un rapide passage à la maison du tourisme située dans la tour des Loups (nommée ainsi parce qu'avant que les Templiers ne s'installent dans la bourgades ou juste après leur départ, le responsable ne semble plus savoir les loups avaient envahit la ville ou alors c'est à cause du blason du premier seigneur du lieu, ... enfin ça dépend de l'heure et du taux d’alcoolémie dudit responsable). Les deux jeunes femmes se dirigent vers la portes aux Babouins.

C'est une porte médiévale constituée de deux petites tours et d'une arche sous laquelle on peut encore distinguer la herse, intacte depuis le XIIIe. Elle présente la particularité d'être décorée de nombreuses sculptures de babouins criant de réalisme. Il portent des vêtements ecclésiastiques, ainsi que des attributs religieux, comme une crosse d'évêque, des mitres, des encensoirs et des calices. Les babouins possèdent des oreilles pointues, ou une toison dont il est difficile de savoir si elle est faite de poils ou de plumes. D'autres ont les pieds palmés ou semblent avoir de la fumée qui leur sort des narines. Le socle de chaque sculpture est entour d'un mince filet de métal qui ressemble au plomb formant une écriture à moitié effacée. Hartlhit arrive à déchiffrer l'inscription en latin Cum digitis templum forma litteris cognosces veritatem. [Suis avec tes doigts les contours des lettres et tu apprendras la Vérité du Temple] Sans même réfléchir elle commence à suivre les lettres et sent comme un dégagement d'énergie. Elle finit par déchiffrer la fin du message Vae Superius ignotum! Quinque ceciderunt in illo supplicio crucis, aeternae dominationis nobis [Malheur à l'Inconnu Supérieur ! Que les cinq punitions croix tombent sur lui afin de nous donner la Domination Éternelle]. Juste au moment ou Haku passée en vision ka la met en garde “attention de l'Orychalque”. Elle tente de retirer le doigt mais cela résiste. Elle finit par arriver à le retirer avec une légère décharge d'énergie.

Elles auraient dû s'en douter, ces statues ne sont rien de plus que des stases, des pièges et des prisons à Nephilim !

Hartlhit et Haku se reculent vivement, décidément ce village était bien une commanderie Templière, elles doivent s'en souvenir et se méfier des différents pièges. Continuant leur visite, elles se rendent à la Tour aux corbeaux. D'après leur guide touristique c'est en fait l'ancienne tour de guet de l'ancienne commanderie. Miraculeusement intacte, la tour ne sert plus aujourd'hui que de refuges à de nombreux oiseaux. L'intérieur est vide mis à part le Guano et l'escalier à moitié en ruine qui monte est barré d'une chaine avec un panneau “danger, escalier risquant de s'effondrer”. Avec mille précaution et en appelant à l'adresse de l'Eau et la légèreté de l'Air, elles montent en haut de la tour. De là elles ont un splendide point de vue sur les environs dont un pont qui semble en ruine, une tumulus et un menhir. Il leur semble d'ailleurs voir le pyrim. Passant en vision ka elles en ont la confirmation et remarque que le menhir forme un plexus de feu, un endroit magique ou le ka-feu est concentré. C'est surement cela qui a attiré l'Efreet. Autour du tumulus ils voient des champs magiques de Lune qui semblent s'y concentrer petit à petit mais sans encore former un plexus.

Une foi descendu de la Tour, elles s'y rendent pour confirmer leur impression lointaine puis se dirige vers le lavoir (encore utilisée par les vieilles du village) et la fontaine. C'est un vieux lavoir de pierre couvert et intact. Il présente un indéniable cachet médiéval avec ses petits bancs de pierre et ses galets de nettoyage. Elles y remarquent, outre les lavandières deux jeunes gens portant autour du cou un médaillon représentant une chouette. Exactement comme la chouette faisant un clin d’œil qui constitue l'enseigne du second bar du village “la Veillée”. Elles en déduisent qu'ils doivent faire partie des ces Veilleurs abhorrés par les chasseurs. S'approchant d'eux et jouant de leur charmes d'être magique elles leur demande les légendes attachées à ce lavoir.

“A ce lavoir aucune par contre à la fontaine là bas il y en a” le jeune homme prend une inspiration et commence son récit. “Il y a très longtemps de cela, avant le temps des hommes en manteau blanc marqué d'une croix rouge, la fontaine coulait joyeusement, car elle était la résidence magique de dix fées sœurs, chargées de protéger l'eau du village.
Les habitants en connaissaient l'existence et leur sacrifiaient des pièces et des petites offrandes. Mais, lorsque les chevaliers aux manteaux blancs arrivèrent dans le village, ils changèrent les choses.
Ces hommes étaient de haut lignage, bien fait de leurs personnes, fiers, courageux et savant en l'Art Royal. Ils engagèrent une cour d'amor à la belle manière des trouvères, avec les dix fées de la fontaine. Ils réussirent à capturer le cœur des dix fées plutôt habituées aux gentillesses un peu frustres des premiers habitants du village. Mais, au moment de terminer leur cour d'amor, les chevaliers durent partir sur l'ordre de leur Grand Maître, pour combattre l'infidèle en Terre Sainte. Avant de partir, les chevaliers jurèrent fidélité à leurs dames magiques.
De longs mois s’écoulèrent avant le retour des preux, durant lesquels les jolies fées se languirent. Lorsque les chevaliers, doublement croisés, revinrent de l'Orient, les fées connurent une grande déception. En effet, les chevaliers ramenèrent avec eux des belles princesses à la peau soyeuse et aux yeux d'amande. Ils ignorèrent les appels des fées.
Celles-ci devinrent très jalouses des femmes orientales. Elles se firent alors pousser doigts de glace et attrapèrent le cœur des mauresques venues laver leurs voiles de soie dans la fontaine.
Les pauvres créatures, habituées au chaud soleil du désert, prirent froid et moururent toutes dans l'année, gacée comme la neige. Les chevaliers se vengèrent en condamnant les fées à garder perpétuellement ces doigts de glace et à les utiliser sur tout être cherchant à utiliser la fontaine.
C'est ainsi que, peu à peu, les villageois abandonnèrent la petite fontaine, ses offrandes et ses rites. Les fées connaissent depuis une solitude glacée. Pourtant l'eau coule toujours pure de la fontaine ce qui prouve que les fées sont toujours là. L'eau ne se teinte que quand des évènements grave vont arriver.”
Le conteur, car c'en est visiblement un les invite ensuite à une de leur Veillée le vendredi qui suit.
La fontaine aux fées est une vieille fontaine sculptée à même la roche. Relativement haute, elle est est formée d'une masse rocheuse couverte de mousse et d'un bassin décoré de bas-reliefs moyenâgeux représentant des poissons et des sirènes. Le fond du bassin est constitué d'une vieille mosaïque dont les motifs sont aujourd'hui illisible. L'eau coule en permanence et elle est d'une grande pureté.

Il ne serait pas surprenant qu'un plexus d'eau naisse en ce lieu les jours de conjonction d'eau. Il faudra le vérifier mercredi prochain.

Le duo se dirige alors vers le pont avant de rentrer. En approchant ils voient des enfants du village courir et sauter par dessus la fissure qui coupe le pont en deux. Ils semblent presque voler au-dessus de l'obstacle.

Le pont du diable, puisque c'est son nom, est une belle réalisation d'architecture gothique. C'est un pont en pierre constitué d'une seule arche dont la courbure est assurée par une croisée d'ogive très fine. Il enjambe le lit d'une rivière maintenant asséchée. Il est très endommagé. Le tablier supérieur recouvert de grandes dalles de pierre a été usé par les pas multiples qui l'ont foulés ainsi que par des intempéries. Des profondes ornières et gouttières creusent la pierre blanche du pont. Deux gargouilles à demi-effacées veillent à chaque entrée du point. Ces gargouilles semblent représenter des créatures volantes, peut-être des anges déchus. Pis encore, l'arche a été brisée en son centre lors d'une violente tempête qui fit déborder la rivière, il y a de celà très longtemps.

L'Eolim s'y sent particulièrement bien et sent son pentacle entrer en phase. Sans aucun doute un plexus d'Air encadre le pont. Comme les enfants peut avant elle s'élance et saute par-dessus le pont. Un puissant courant d'air la maintient en l'air en parfaite symbiose avec son élément dominant. Elle se sent si bien comme laver de la flétrissure d'Orychalka et elle sent ses métamorphoses se développer.

Pendant ce temps le Pyrim monte la garde devant l'église mis à part sa petite excursion jusqu'au menhir, la Pierre-à-foudre comme elle est nommée dans la région, attiré qu'il fut par le plexus présent. Devant le porche de l'église il finit par remarquer deux groupes de deux hommes qui semblent l'observer. Ça y est, il en est sur, l'attaque de l'Église par les forces du bâton et de la coupe va commencer. Les deux groupes ne semblent pas communiquer entre eux et semblent même s'observer respectivement. Le premier groupe est constituée de caricatures de chasseur le fusil en moins, le second de simple villageois malgré le pendentif en forme de chouette qu'ils ont autour du cou.

La journée se passe lentement, les groupes se font relever mais l'attaque ne commence toujours pas. L'efreet de plus en plus inquiet décide de dormir dans l'église. À l'intérieur le peintre a finit son tableau qui est recouvert d'un tissu en cachant le motif. Vers minuit, alors que le simulacre prenait son repos quotidien, le nephilim est réveillé par un bouleversement dans les champs magiques. Pensant que c'est le début de l'assaut, il se lève et observe les alentours calmes et silencieux comme le sont les villages isolés. Un faible lueur semble sortir du sol et des tableaux mais rien de bien étonnant.

Mardi 24 septembre 1992


Le lendemain matin, alors que les trois nephilim se retrouvent pour le petit-déjeuner ils sont surpris par l'agitation qui règne dans le bar des chasseurs. On a encore trouvé dix vaches exsangues autour du tumulus. Cette pourriture de médecin qui fait également office de vétérinaire a été appelé pour voir ça. Le paysan, un membre des Chasseurs, est persuadé qu'il s'agir encore d'un coup des Veilleurs pour faire croire à leur connerie de comte.

Tous le bistro se dirige vers le Tumulus accompagné par les nephilim (sauf Hani, bien sur qui est persuadé que c'est une diversion pour pouvoir attaquer l'église) et la moitié du village.

Les corps des dix vaches entourent le tumulus, une butte formant une demi sphère parfaite et surmonté d'une croix. Le médecin se penche pour examiner les vaches et blêmis en même temps que les deux néphilim qui ont reconnu sur sa nuque le tatouage typique de l'Ordre des Veilleurs du Temple : un triangle avec un œil au centre. Le templier se relève et assure d'une voix mal assuré que les morts sont totalement naturelle probablement due à des balles perdus d'un chasseur encore plus inconscient que les autres. Affirmation qui provoque des rires de la part des Veilleurs et des grognements du coté des Chasseurs.

Les deux néphilims ont le temps de remarquer que le tumulus est devenu un plexus de Lune et que dans les champs magiques semblent se cacher des effets-dragons ressemblant à des serpents ailés. Probablement l'origine de la mort des vaches, lorsqu'arrive Gaston Lapache, le maire du village et son fidèle garde champêtre Maurice Garcien qui s'empresse de dissiper la foule pour pouvoir faire son travail nom d'un lapin à verrue !

Pendant ce temps, profitant de l'absence du Médecin et aillant lui aussi remarqué le tatouage, Hani décide d'aller visiter la maison du templier. La porte du jardiner n'étant pas fermé à clé, il y pénètre facilement demandant à l'effet-dragon contenue dans son glaive de l'aider dans la discrétion. À peine, entré six chats monstrueux lui saute dessus. Rapide comme le feu qui domine son pentacle, avec la maitrise que donne des siècles d'entraînement et de pratique il tranche en deux les chats avant même qu'ils ne se trouvent à mi chemin de leur bond. Sans plus s'occuper de ces cadavres il entre dans la maison. Le rez-de-chaussée est constituée de la salle d'examen et la salle d'attente. Il choisit de se diriger vers le sous-sol, plus propice selon lui à cacher les secrets du templier.

La cave est décevante, la seule chose un peu originale étant un gros four à pain en pierre. Après quelques observations il en déduit qu'un tunnel se trouve derrière mais il ne trouve pas de système d'ouverture. Se concentrant sur son plexus et plus précisément sur son Feu, le pyrim augmente la force de son simulacre. Aidé par la Puissance Furieuse du Feu il arrive à déplacer le four. Derrière il trouve effectivement un tunnel. Après être passé en vision calorifique et s'être débrouillé pour replacer le four, Hani s'engage dans le tunnel qui s'enfonce dans la Terre ...

suite au prochain épisode
Revenir en haut Aller en bas
Lyubina
Orateur
avatar

Nombre de messages : 859
Age : 47
Localisation : Auderghem
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Néphilim vers l'Apocalypse Chapitre Un les Veilleurs partie 1   Dim 20 Nov 2016 - 10:03

A part que je m'appelle Atmehit, super résumé, merci beaucoup Smile
On avait déjà repéré que le médecin était un templier la veille au soir ou le matin même au bistrot des chasseurs.

_________________
Corinne - Auderghem - maman et étudiante en géographie (bachelière), épouse de Dexco - joueuse dans Perry Rhodan (Shanalya), Nephilim (l'hydrym), Ars Magica Amazonomachy (Eirini) +  MJ pour Ars Magica Hibernia (FULL) et Te Deum Henri IV (une place) - Au club depuis août 2015
Revenir en haut Aller en bas
 
Néphilim vers l'Apocalypse Chapitre Un les Veilleurs partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie scénarisée 40k en mode Apocalypse
» un partie apocalypse vers mi-fin juillet
» Feu- vers Multi-éléments (Pandawa 191)
» Apocalypse mon amour...
» Composition du Chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: