Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs - Avec le soutien de la COCOF
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
25 ans d'ASBL, ça se fête Very Happy
Rappel : Le local de la cave appartient à Alpa et est strictement non fumeur.
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Je suis très désappointé !
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Felondra
Intarissable moulin à paroles
avatar

Nombre de messages : 1273
Date d'inscription : 17/01/2015

MessageSujet: [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit   Ven 1 Avr 2016 - 12:06

Séance 2: Savoir où est le centre
Après une première séance passée à redécouvrir le monde de ce nouveau point de vue si particulier qu'est celui des vampires, Najac Fayolle et Clarissa Mowry se rencontrent enfin sous cette nuit si particulière: tous deux sont des vampires.
Laissant dans le Grand Café Antoine Savoye et une blonde aux allures de secrétaire (tout aussi vampire que lui), ils partent chez Clarissa pour qu'elle tire les cartes à Najac. Le résultat du tarot est sans appel: les affres financiers de Najac Fayolle, notamment cette dette non épongée auprès du Dragon (à qui il doit toujours 500$ pour la coke perdue), le placent sous un signe funeste. Ils décident d'aller détrousser un touriste.

Les voilà au quartier des entrepôts, dans un petit bar de jazz connu pour attirer les humains en visite. Clarissa s'occupe de draguer une bedonnante proie tandis que Najac fait le guet. L'hameçon est trop tentant, le poisson le fuit par instinct. Nos deux larrons n'ont d'autre choix que de lui tendre une embuscade dans une ruelle sombre toute proche. Leur nouvelle force vampirique permet aux nouveau-nés d'assommer le bedonnant sans problème - 1000$ divisés en deux plus tard, les affaires de Najac semblent réglées.

Alors qu'ils sortent de la ruelle le sourire aux lèvres et la fierté au coeur, nos deux compères heurtent la route de trois Skinheads pur jus: blancs, rasés, tatouage se devinant dans le haut du cou, le reste couvert d'imposants habits et de rangers assorties. Najac refuse de céder du terrain, y va même de son bon mot: l'affrontement inter-ethnique se profile.

Najac est sûr de son fait. Hélas: il est encore loin de la maitrise de ses nouveaux talents. Il ne parvient pas à réduire l'un de ses agresseurs en esclavage et comprend bien vite que sa maigre expérience de bagarreur ne lui vaut pas grand chose face à des brutes endurcies, toutes humaines qu'elles soient. Tandis que Clarissa parvient à maitre à terre l'un des agresseurs, les deux autres s'acharnent sur Najac, l'un le maintenant d'une clé de bras dure comme le roc tandis que l'autre le bourre de coups de poing. A mesure que les coups pleuvent, la rage enfle.

Finalement, la Bête prend le dessus: Yeux rougis, dents proéminentes, muscles saillants, Najac hurle, se libérant finalement de la clé, avant de fuir, Clarissa sur ses talons. Il a faim, terriblement faim. Il ne peut plus attendre. Il court, saute, arrache la gorge d'une passante. Clarissa fait ce qu'elle peut pour masquer à la foule ce qui se passe, écarter son compagnon mais les téléphones portables sont déjà sortis, ils filment avidement tandis que deux hommes trainent l'agresseur loin de la malheureuse victime. Le sang gicle encore, inondant le champ des caméras intégrées.


Clarissa est parvenue à trainer Najac plus loin. Il l'agresse, la boit littéralement. Elle laisse faire un temps puis se retire à lui, il a repris le contrôle. Mais la Faim est là, quelque peu étanchée mais toujours là.
Pas d'autre choix, un sans domicile fixe, dormant paisiblement au parc, fera les frais de la Faim de ces jeunes loups égarés. Ils boivent, ne se rendent pas compte que la vie de cet être si fragile y passe, continuent jusqu'à le vider. Il faudra masquer le corps, se dit Najac. Il n'a pas l'air plus touché que ça tandis que Clarissa, qui garde de son humanité intacte, tremble de ce qu'ils ont fait. Ne t'inquiète pas, j'ai un plan. Et d'appeler le Dragon alors que tous deux roulent dans la vieille voiture de Clarissa Mowry, qu'elle est allée chercher mi par nécessité, mi pour être loin de cet être dont elle ne sait que si peu de choses, finalement. Il fréquente le Dragon? Peut leur demander service? Tue un homme sans sourciller? Qui es-tu, Najac Fayolle?

La question rebondit dans l'habitacle de la vieille voiture tandis qu'il s'arrange, l'air à nouveau si sûr de lui. On a un colis. Du genre à faire disparaitre. On peut vous le confier? Ok. sur Liberty Bridge, oui. Dans vingt minutes, oui. Très bien.
Ils y sont, dans la nuit qui pâlit doucement. Ils y sont quand le van s'arrête, que trois hommes en sortent, sourire arrogant quand ils interpellent Naja! Not' bon Naja! Et c'est qui ta copine? Eux tentent de les perdre mais il faut finalement donner l'adresse, la vraie, celle des papiers, celle qui dit qu'elle est voyante tireuse de carte qu'elle fait son beurre comme ça, celle qui dit Clarissa Mowry. Un nom de scène, bredouille Najac, à court de piste face à la colère sourde de la jeune femme, voulant la protéger et réalisant petit à petit qu'il la condamne.
Ils partent, emportant le cadavre et la certitude qu'ils ont l'avantage, qu'ils ont l'ascendant sur ces deux-là, qu'ils pourront leur demander ce qu'ils veulent, ils nous en doivent une bonne!
Ils partent, laissant éclater derrière eux la colère de Clarissa. Tu traines avec le Dragon? A ce point-là? Tu sais pas qui c'est?
Oui, ce sont eux qui donnent du boulot et de l'espoir à la communauté. Ce sont des charognards mais entre les loups blancs et les vautours noirs, on fait son choix.
Ce sont des criminels, des parasites!

Silence de mort pour un retour au foyer. Clarissa dépose Najac, l'idiot sans réfléchir a dit qu'il logeait là avec son sire, il ne sait pas si c'est vrai en fait mais c'est son sentiment. Elle part, épuisée mais sachant qu'avant de dormir elle se doit de prévenir son sire rapidement. Après, le repos. Elle sent le soleil tout envahir, imposer ce règne qu'elle exècre depuis peu. Tout lui parait si lourd, quand elle se glisse dans le repos. Avant, le soleil la rendait si légère...


Najac s'est réveillé, son sire au-dessus de lui. Tu n'as rien à me dire? Euh si, je, je voulais vous... Crétin!
Le mot vole et coupe court à toute conversation. Je m'occuperai de toi en temps voulu, tiens-toi prêt, la convocation va venir. Et le bébé, la jeune victime de ses sentiments, de sa Faim, de sa Bête, n'ose pas demander davantage.

Clarissa a eu un réveil plus simple, à y regarder bien. Certes, le savon a été passé mais elle a eu l'occasion de s'expliquer, de justifier son rôle, j'ai essayé de le contenir mais il était fou! Et d'apprendre que le prêtre qui guide les Skinheads, le prêtre qui a lancé son église contre le quartier caribéen de la ville, le prêtre qui a dit-on juré la mort des Noirs, n'est autre que Vidal. Augusto Vidal, Prince de cette ville, membre de la Lancea Sanctum. Ainsi il joue sur les deux tableaux...
Mais il faut que Clarissa réfléchisse à des choses plus importantes. Quel serment de l'Ordo Dracul veut-elle prêter? Sera-ce la Hache, la voie des gardiens et le bras armé de l'Ordo? La Lumière Mourante, les scribes et savants de l'Ordo? Ou le serment des Mystères, l'organe intriguant, la force politique de l'ordre?

Elle ne sait pas mais, par contre, elle sait quel anneau du dragon elle veut explorer d'abord. Ce sera la Bête, le contrôle de soi. Après les événements de la veille, c'est tout ce qu'elle voit car jamais elle ne veut finir comme Fayolle hier. D'ailleurs, la Faim la prend. Le sire acquièce, sort des canettes marquées Pepsi, trois. Fait un signe. Clarissa, en ouvre une, renifle. Du sang? Elle boit, ouvre les autres, boit. Le sire acquiesce. Suis-moi.

Quelques pièces plus loin ils s'enfoncent, jusqu'à une porte fermée d'une grande roue comme dans les sous-marins. Ils la franchissent et entrent dans une pièce où des grilles au sol, comme celles des fontaines sur les places, semblent au repos. Au centre, un grand signe tracé au sol. Un Yin et un Yang. Assieds-toi, médite. Résiste. Reviens si tu en es digne. Après quinze minutes, reviens.

La porte se referme sur le sire souriant, un grand sablier se renverse et l'enfer s'abat sur Clarissa Mowry. Le cercle extérieur d'abord, les contours de la salle, s'enflamment. Ce n'était pas des fontaines mais des geysers brûlants, le feu des enfers craché à plusieurs mètres de haut. Tout s'éteint, elle croit au répit puis. Gauche. Droite. Loin. Proche. Derrière. Devant. En même temps. Séparé. Les geysers la brûle, l'odeur de peur et de porc brûlé envahit la pièce.
Les grains du sablier coulent placidement.

Elle court évite grogne roule stop! maintenant! évite court recule bondit. Trop tard. Un jet lui emporte la moitié du visage dans un hurlement. Elle pense pleurer mais n'a pas le temps pour cela. Il faut continuer le prochain jet est là.
Les grains du sablier coulent placidement.

Quand ils ont fini de couler, l'écoutille s'ouvre sur l'espoir. Clarissa est en boule, dans un coin, à grogner. Son sire vient la relever, la félicite. Voit la brûlure. N'a qu'un mot: il faudra couvrir cela pour la réunion. La convocation est arrivée. Il faut partir.

Najac, lui, a profité de la nuit pour voler la vie d'une jeune fille séduite au hasard.



Nola Convention Center. Le siège du Prince de la Ville.

Grande salle. Eglise moderne, vide mais monstrueusement grande. Quatre chaises de fer. Aux extrémités, les sires. Au centre, les enfants. Qui ont tant à apprendre...

Face à eux une estrade. Ils arrivent. Le Conseil des Primogènes. Huit personnes, tous vampires. Au milieu d'eux, Augusto Vidal, le sourire en coin, le verbe haut. Vous voyez, à recruter la lie de l'humanité, à sucer des sous-races, ce qu'on obtient. Il se délecte du montage préparé, les images des journaux, des télévisions, des reportages humains. Accablant. Deux morts dont une cette nuit même. La rumeur qui enfle, qui sont ces agresseurs arrachant la gorge de cette jeune touriste de dix-sept ans explorant la Nouvelle-Orléans avec sa famille? Dévorée sous les yeux incrédules de ses proches? Le frère filmant la mère se masquant les yeux le père et l'oncle se débattant avec les deux forcenés s'enfuyant au loin vite si vite comment vont-ils si vite? Personne n'a pu les rattraper ils filaient à une allure rattrapaient les voitures j'vous jure ils ont dépassé une voiture en fuyant!

Fin du clip. Silence. Ecran blanc. Sourires blancs. Visages blancs.
Le scandale peut être étouffé. Nous y arriverons. Mais il faut payer. Vous connaissez la tradition, le poids de la tradition pour nous vampires, l'importance de la maintenir de s'y tenir. Les humains élisent n'importe qui pour faire n'importe quoi. Pas nous. Nous nous conformons à ce qui est. C'est pour cela que nous avons survécu depuis tant d'années.

Claquement de doigt.

Arrivée de quatre esclaves noires, jeunes, belles, en tenues de soubrettes enchainées. Le visage neutre (qui a dit mort?), elles apportent quatre coupes.
Ma condamnation pour vous. Ensuite, sires, vous serez libres d'appliquer celle que vous jugerez adéquates à vos... rejetons.
Ma condamnation pour vous, donc. Buvez de mon sang.
Les coupes sont vidées, le rictus des sires se masque au mieux, les rejetons ne comprennent pas ce sang est si bon si délicieux pourquoi s'en priver?

Encore un pion dans l'échiquier qu'ils ne comprennent pas, pensent-ils tous deux en partant de là.


Dernière édition par Felondra le Ven 1 Avr 2016 - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
KamiSeiTo
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3067
Localisation : Merode
Date d'inscription : 18/08/2013

MessageSujet: Re: [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit   Ven 1 Avr 2016 - 14:20

Excellent !! ^o^
Dans les micro précisions :
- pas de sueur dans l'épreuve des flammes pour Clarissa, je crois. Si j'ai bien compris on n'a plus de sueur (est-ce qu'on peut avoir des larmes ???).
- C'est NOLA Convention Center et pas Nova, il me semble.
- Il me semble que les esclaves noires de Vidal étaient habillées en soubrettes (sans doute dans le pur style colonial, là aussi).

_________________
Sur demande, je peux organiser pour un petit groupe des One Shot découverte de : Die for you, Lady Blackbird, Prosopopée, Rōnin, Lacuna, Mordiou !, Monsterhearts, ou Psi*Run. Nouveaux venus, anciens meubles, vétérans curieux ou grands débutants, n'hésitez pas !
Ma présentation, mes goûts rôlistiques.
Revenir en haut Aller en bas
Felondra
Intarissable moulin à paroles
avatar

Nombre de messages : 1273
Date d'inscription : 17/01/2015

MessageSujet: Re: [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit   Ven 1 Avr 2016 - 14:38

Merci, c'est corrigé Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vampire Requiem] Les lois de la Nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vampire Requiem] Les lois de la Nuit
» vampire requiem
» Requiem chevalier vampire
» Vampire : Constantinople Kronikles - par Reno
» [HENTAÏ !!!] Nuit ensemble ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: