Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
Le club entame lentement sa léthargie estivale.
C'est le moment de commander le T-shirt des 25 ans Mr. Green
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Je suis très désappointé !
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 [Qin] Dilemme fluvial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azazel
Causeur
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 29
Localisation : Saint-Gilles
Date d'inscription : 19/04/2012

MessageSujet: [Qin] Dilemme fluvial   Lun 9 Fév 2015 - 21:44

Qin – Résumé de la première séance

C’est dans des gerbes de sangs et le fracas du fer que commence cette histoire.

Les armées du Royaume de Chu lancèrent une offensive contre leur voisin du nord, le puissant Royaume de Qin.
Malheureusement, et comme beaucoup d’autres par la suite, le Chu ne se montra pas à la hauteur de la puissance et de l’organisation militaire du Qin. Les armées décimées, les cadavres jonchant la plaine, les survivants ne purent que prendre la fuite, la mort aux trousses.

Rescapés de cette bataille sanglante, nos quatre soldats vaincus profitèrent de cette profonde défaite pour remettre leur vie en question.  Ils décidèrent au final de continuer à vive en tant que déserteurs, car le Chu ne pardonne pas aisément les soldats vaincus qui ne sont pas mort au combat.
Plutôt être lâches que stupides. Ils décidèrent donc de partir à l’aventure. Boueux, épuisés et moralement abattus par le combat, nos héros longèrent la rivière Han à la recherche d’un hameau propice au repos et à la restauration.



C’est lors de cette longue marche qu’ils croisèrent une péniche marchande vide, dont le pont était occupé par une dizaine de paysans loqueteux et un officier, visiblement cossu. Interpellé, un bouseux sauta dans les eaux peu profondes dans cette section du fleuve pour venir à la rencontre des étrangers. Ils discutèrent et furent invités à rejoindre l’officier à bord.

Aubaine pour nos aventuriers, cet officier recherchait un groupe de combattants afin de renforcer la sécurité lors de la prochaine liaison commerciale. Il leur fut proposé une coquette somme et tout les défraiements, en plus du fait qu’évidemment, leur qualité de déserteurs  ne serait jamais explicitement reconnue. Une condition néanmoins : ne jamais chercher à connaître la contenance de la cargaison.
Le voyage continua 2 jours, avant que la péniche ne rejoigne le village de Liao. Lors de leur arrivée, ils furent accueillis par un imposant soldat bien équipé, portant un étrange masque blanc ne comportant que deux trous pour les yeux.



Rapidement, les étrangers furent présentés au chef du village, étrange petit homme pâle dont la faiblesse apparente entrait en opposition complète avec son statut de chef. Des résidus de féodalité subsistent en effet dans certaines régions du Chu, récalcitrante aux progrès de la bureaucratie et de la centralisation.
Les diverses modalités furent passés en revue et nos héros furent conduis dans leurs appartements afin de s’y reposer, en attendant le départ de la péniche le lendemain à l’aube.

Au milieu de la nuit, une chose inattendue se produisit. La fenêtre du premier étage, donnant sur la cour du corps de garde d’un côté, et de l’autre dans la chambre des escorteurs, fut forcée sans le moindre bruit. Malheureusement pour notre intrus, il se prit le pied dans le châssis de la porte et tomba lourdement au pied de la fenêtre, dans la chambre occupée. Comme un éclair, il se releva alors et sauta par la fenêtre. Il ne manqua pas de se reprendre les pieds dans le châssis de la fenêtre et de tomber en contrebas, les jambes brisées. Il parvint néanmoins à se saisir d’une dague et de se la planter dans le cœur, afin de protéger le lourd secret de l’identité de son employeur.

Après ce potentiel drame, l’équipe fut présentée à la Mère, afin d’interroger les Dés. Cette veille femme, mère du chef du village, vit recluse dans une cave humide et sombre, au sous-sol de la maison du Chef.
Elle lança les Dés, et en conclu de par leur résultat que les nouveaux venus étaient digne de confiance. L’origine des étranges champignons gravés partout dans le village fut révélé. Il y a quelques années, le père du chef actuel du village fut trahi par ses subordonnés qui voulurent l’éliminer, lui et sa famille afin de prendre le pouvoir.

Le père de l’actuel chef fut abattu, mais la mère et son fils se réfugièrent dans une mine non loin du village. Ils survécurent cachés dans la pénombre de la mine, et les champignons éparpillés dans les tunnels fournirent un moyen de subsistance. Le danger rôdait à la moindre sortie à l’air libre. La Mère développa alors une fascination pour la pénombre et pour les êtres qui lui avait permit de survivre, les champignons.
Après plusieurs années cachés, la Mère et son fils réussirent à manigancer et à organiser une contre-offensive afin de replacer le fils de l’ancien chef déchu au pouvoir. Il gardèrent dès lors de ces années de peur une obsession morbide pour les ombres et le contrôle absolu qui, selon la mère, avait manqué au père assassiné.
Le lendemain matin, des amphores furent chargées à bord de la péniche, ces amphores provenant d’une mine, non loin du village. Après le chargement, l’embarcation se mit en route vers la première étape du voyage, la ville de Chaniong.

Entièrement peinte en bleu, cette ville est connue pour la passion ancestrale de ses habitants pour les chevaux et tout ce qui s’en rapporte. L’arrivée de la péniche coïncida avec chance avec la fête de la chasse. Plusieurs dizaines de cavaliers sont lâchés dans un plaine et doivent abattre un lièvre à l’aide d’un arc. Celui qui réussi aura le droit de choisir sa femme parmi toutes les filles disponibles dans le village. Cette compétition est dès lors source d’intense compétition.
L’un de nos héros ne manqua bien sûr pas l’occasion de parler de ses talents de cavalier au chef du village. Ce qui ne manqua pas d’éveiller la curiosité de celui-ci. Un défi fut alors lancé par le chef à notre cavalier émérite. Une course, le choix du cheval serait laissé à l’étranger tandis que le Chef monterait son cheval personnel.
Si l’étranger gagne, il pourra garder le cheval qui lui a permis la victoire. Si il perd , il devra d’une façon ou d’une autre payer la valeur de ce même cheval au Chef de Chaniong.

L’issue de cette course semble être, du moins pour un de nos héros, déterminante.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Qin] Dilemme fluvial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dilemme : prérequis d'arme et Tofu fou
» [Sets] Besoin d'avis, dilemme de fou !
» Énigme 296 : Cruel dilemme
» Énigme 391 : Le dilemme du Sphinx
» Les GdT ou le Grand dilemme qui tue...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: