Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs - Avec le soutien de la COCOF et de la Commune d'Anderlecht
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
Les informations sur le crowdfunding sont disponibles ici !
Affichez votre soutien au crowdfunding avec une signature customisée !
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Pensez à sortir les poubelles. Blanches et bleues le lundi soir, blanches et jaunes le jeudi soir.
Après 22h, fermez les fenêtres et faites attention au bruit, sous peine d'invoquer un voisin en colère niveau 35.
Pas le temps ou l'envie de laver vos couverts et assiettes ? Mettez les dans le lave-vaisselle !
Rappel : Le local de la cave appartient à Alpa et est strictement non fumeur.
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
"Personne n'a sorti les poubelles de la cour, l'odeur est infecte et remonte jusqu'au premier. Faites tous un jet de santé mentale."
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Pensez à remplir le frigo de potions avant d'aller combattre le mal. Ça soigne mieux quand c'est frais.
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Je suis très désappointé !
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 AdCthulhu : Les 5 supplices.

Aller en bas 
AuteurMessage
Ravla
Causeur
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 24
Localisation : Bruxelles ou France
Date d'inscription : 08/09/2017

MessageSujet: AdCthulhu : Les 5 supplices.   Ven 26 Jan 2018 - 12:23


Ceci est mon témoignage sur tout ce que j’ai vu, et sur tout ce que j’ai appris…


Je ne nomme Anya Voronov, je suis une archéologue russe et je parcours  le monde pour découvrir des objets du passé. Lors de mes explorations mes certitudes ont volées en éclats. J’ai vu des choses anormales, des choses qui ne devraient pas exister. Pour comprendre ce qui m’est arrivée j’ai voyagé en France et en Chine. Après des années d’errance me voici à nouveau dans la ville où tout a commencé…Paris.
Nous sommes en 1931 au moment où j’écris ces lignes, je cherchais des indices sur ce qui m’était arrivé quelques années plus tôt dans les catacombes de Paris.


Anya Voronov


I La Rencontre

Un soir je me suis rendue dans une ruelle en cul-de-sac pour voir un spectacle d’ombres chinoises, le lieu donnait totalement l’impression d’être en Chine. Tout se passait pour le mieux, la troupe racontait des légendes issues de leur folklore, je les connaissais quasiment toutes sauf une parlant du « Rançonneur de droit divin ». Alors que je finissais d’assimiler cette nouvelle histoire, il se mit à faire subitement très chaud dans le théâtre. L’écran de papier s’embrasa et une silhouette passa au travers pour échapper au feu. Des lampions tombèrent, la pièce s’enflamma.  La panique saisit la foule, les spectateurs se bousculaient pour atteindre la sortie.

Dans ce tumulte j’avais décidé d’aider la silhouette qui avait voulu échapper aux flammes. C’était un jeune homme asiatique d’une quinzaine d’années.
Parmi les spectateurs, un homme paraissant avoir plus de la quarantaine (voir la cinquantaine) m’assista pour secourir le jeune homme.  L’adolescent nous indiqua une trappe au niveau de la scène pour sortir de ce lieu. Trois autres personnes nous suivirent, notre petit groupe déboucha sur la rue. L’incendie se propageait, les maisons prenaient feu et nous courions à travers des salles bondées d’objets pour nous en sortir. Coincés dans une pièce notre seule échappatoire fut un soupirail.
La vision d’horreur derrière nous stoppa tous, un homme de notre groupe perdit conscience devant la scène macabre qui s’offrait à nous.

Dans un pentagramme cinq hommes étaient en cercle autour d’une jeune femme en blanc. Chacune de ces personnes étaient encore vivantes…atrocement vivantes, en train de subir des tortures que je ne souhaiterais à aucun être humain.

Un était contorsionné de manière étrange un arbre poussant sous sa peau, un autre était suspendu gravement brûlé, à ses côtés un troisième avait les genoux dévoré par des insectes, sa tête sortant du vase dans lequel il était enfermé, le quatrième était écrasé entre deux planches criblées de lames et un dernier un tuyau dans la gorge avait le ventre distendu…prêt à éclater.
Au milieu de ce massacre la femme face contre terre pleurait, l’adolescent se dirigea vers elle pour la sortir du cercle. Elle semblait indemne malgré des propos incohérents. L’adolescent en l’escortant se présenta à nous sous le nom de Ryu Ru, la jeune femme à peine plus âgé que lui dit s’appeler Yu Chen.  


Une fois dehors notre groupe se dispersa. L’homme qui m’avait aidé à secourir Ryu Ru resta un peu plus longtemps pour me dire qu’il se nommait Elliot Matthews. Il était dérouté après tant d’évènements et ne s’attarda pas trop longtemps.  


Elliot Matthews


II L’Exposition

Tiraillée par ce que je venais de voir je suivis Ryu Ru et Yu Chen aux urgences, la jeune femme avait eu d’étranges visions et j’essayais d’en savoir plus. Elle avait vu une guerre, des villages brûler, des soldats. Une ombre sur son cadavre, un prisonnier jamais rassasié, dans des os des yeux peints qui observaient des démons…Tout cela restait très obscur pour moi.

Le lendemain après un peu de repos je voulue me changer les idées en allant à l’Exposition Universelle. Pour l’occasion le bâtiment avait été entièrement rénové, une nouvelle aile avait même été construite. Plusieurs délégations des différents pays proposaient leurs services.
Albert Breton le secrétaire des compagnies ferroviaires renseignait les visiteurs sur les projets de constructions en Mandchourie, cherchant des investisseurs.

A seize heures  Sayk Fon Lee le représentant et seigneur de guerre de la Mandchourie présida un lâcher de ballons pour sceller une alliance ferroviaire entre la France et la Manchourie. L’événement était somptueux, en haut d’une bâtisse Sayk Fon Lee un vieil homme à la barbe blanche en habits traditionnel avec une épée miroitante à ses côtés avait lâché un cerf-volant aux motifs exotiques. Le cerf-volant s’était élevé, suspendu par un ballon-sonde, il était le symbole de l’exposition. Sayk Fon Lee quitta le toit escorté par six hommes habillés en noirs et un homme grand et large d’épaule.

Les visiteurs purent par petits groupes voir la somptueuse collection asiatique de Louis Lonsdale exceptionnellement mise en valeur par un décor d’ébénisterie de haute qualité.
Lors de ma découverte des lieux j’avais vu Elliot Matthews mais quelle ne fut pas ma surprise de croiser à nouveau le même groupe de personnes avec lesquelles je m’étais enfuie du théâtre des ombres. En plus d’Elliot Matthews il y avait trois autres hommes. Un grand brun, surement un écossais, portant une barbe mal rasé,  un français de taille moyenne affublé d’un chapeau, l’air vif en train de discuter avec un homme bien plus grand que lui à l’accent américain très prononcé un cigare à la main (très certainement son patron vu la qualité de son complet ).

Durant cette visite notre groupe reçu des explications de la conservatrice Mei Fang avant de pouvoir admirer la salle des bronzes, des ivoires et des porcelaines. En plein milieu de notre visite telle une apparition éthérée, un homme le visage caché par un chapeau chinois, une balance sur les épaules nous offrit des biscuits de bonne aventure avant de disparaître comme il était venu.

« Guang Ying mourant rejoindra les ombres. » annonçait mon petit bout de papier.

Elliot râla fortement devant cette venue, chaque personne avait reçu un sinistre message prophétique. Alors que nous discutions de ces messages, un homme aborda l’américain. Nous avons tout d’abord cru que c’était un policier avant que ce dernier se présente.

Nous avions devant nous Georges Guédon le ministre français des affaires étrangères. En suivant leurs échanges je finis par comprendre que l’américain que j’avais devant moi était Mike Specteur l’une des plus grandes fortunes de ce monde en voitures de luxe. Il avait engagé à ses côtés le détective Léopold Valentin pour enquêter sur un membre l’ambassade anglaise qui l’aurait humilié en achetant sur ses plates-bandes.


Mike Specter

Le premier ministre le chargea d’enquêter sur Louis Lonsdale et Sayk Fon Lee le plus discrètement possible pour éviter un accident diplomatique en échange de quoi il serait disposé à faire de très bonne affaire avec Monsieur Specter. L’américain accepta et vu que nous avions tous entendu il nous engagea pour former son équipe. Cela faisait des années que je cherchais des réponses à mes questions, peut être que cette occasion me permettrait de m’en rapprocher…

Nous étions donc cinq. Sven Magnus un écossais baroudeur, Léopold Valentin un détective, Mike Specter notre employeur multimilliardaire, Elliot Matthews le psychologue et moi-même Anya Voronov. Georges Guédon nous informa avant de partir qu’un avion privé nous emmènerait en Mandchourie dès la semaine prochaine.


Sven Magnus

Nous venions à peine de conclure cet accord que Sayk Fon Lee passa promptement avec son escorte d’une pièce à l’autre, la conservatrice Mei Fang guidait la délégation Mandchourie nerveusement. Lors de son passage dans la dernière pièce Sayk Fon Lee adressa un regard noir à l’endroit, l’exposition ne lui convenait pas du tout. Sans rien dire il quitta le lieu.
Un bolchevik accompagnait de loin l’escorte de Mandchourie, nous avons pu nous l’approcher et lui demander des renseignements l’air de rien. Il nous apprit que Sayk Fon Lee partirait en train la semaine prochaine et que les russes ouvraient l’œil sur des possibles trafics d’armes. Après quelques remerciements nous sommes sortis de l’exposition.


Ryu Ru - qui avait l’air d’aller mieux - nous intercepta et nous intima de le suivre, des « personnes importantes » voulaient nous rencontrer.
Le jeune homme nous guida jusqu’à la gare, sous les quais. Cinq hommes en costards-cravates nous attendaient. Ils ne voulurent pas nous donner leurs noms mais nous expliquèrent qu’ils faisaient partis d’une société secrète. Leur but  était de protéger la jeune Yu Chen du « sorcier » Sayk Fon Lee, ce dernier ayant prévu de faire chanter le père de la jeune fille.  Le père de Yu Chen serait connu dans son pays pour être un grand maître tatoueur insufflant des pouvoirs à ses créations.

Ces nouvelles informations nous laissèrent septiques.

Le seul moyen de protéger Yu Chen serait de refaire le rituel que nous avions interrompu la veille, les cinq personnes en face de nous étaient volontaires pour reproduire ça et mourir pour la cause. Ils nous demandèrent où était Yu Chen. Ryu Ru ne sembla pas réagir, il voulait très certainement éviter à la jeune femme de subir à nouveau le même supplice.
J’ai menti en disant ne pas savoir où elle était. Ce groupuscule tenait un discours invraisemblable cependant ils étaient contre Sayk Fon Lee, c’était des alliés potentiels pour notre enquête. Ils nous conseillèrent d’aller voir Guang Ying le propriétaire du théâtre des ombres et membre de leur société secrète pour en savoir plus et Mei Fong la conservatrice pour qu’elle nous prouve que Sayk Fon Lee était bien un sorcier.

Notre groupe se sépara en deux. Mike Specter et Sven Magnus partirent voir la conservatrice tandis que Léopold Valentin disparut quelque temps avant de venir avec nous voir Guang Ying.
Il avait eu la présence d’esprit d’aller voir le train dans lequel Sayk Fon Lee et sa suite étaient, il aurait apparemment entendu le seigneur de guerre parler avec un américain. Mais impossible de savoir de quoi retournait la conversation.


III Les ombres

Le soir tomba le temps que nous allions à la boutique d’antiquités de Guang Ying.  Le théâtre était juste une autre de ses possessions. A notre arrivée le magasin semblait désert, nous sommes rentrés plus en avant dans la boutique appelant le propriétaire des lieux. Pas de réponse.
Au fond de ce bric à brac le magasin donnait sur sa maison, nous avons continué de le chercher jusque dans sa cave.

Dans la cave un noir d’encre régnait, sur une table une faible bougie sentant une étrange odeur de graisse brûlée nous permis de voir Monsieur Guang  Ying assit au milieu d’un cercle de cendres au fond de la pièce. Utilisant mon briquet nous l’avons approchés, il nous intima de partir sur le champ, une présence dans l’ombre rôdait.

Alors que nous étions en danger je l’ai vu. Une ombre en forme de dragon se détacha des ténèbres et  m’arracha mon briquet qui vola à l’autre bout de la pièce. Sans réfléchir je courus à l’aveuglette pour retrouver ma précieuse source de lumière. J’entendis Monsieur Ying dire à Léopold et Elliot qu’il était en sécurité dans le cercle mais qu’il ne pouvait pas nous protéger. C’est à cet instant que mes mains retrouvèrent le briquet, l’ombre était toute proche…j’avais déjà eu à faire à ce genre de chose dans le passé, elles avaient horreur de la lumière, peut être que en restant dans le noir… !

Une vive douleur au genou gauche m’arracha un cri, quelle idiote j’ai été !

Léopold coucha une statuette en cuir qui était sur la  table et prit la seule bougie de la pièce pour venir me voir. Je n’avais physiquement aucune blessure mais le mal avait été fait. J’enjoins Elliot et Léopold à regarder mon ombre. Ils restèrent sans comprendre avant de passer à autre chose. Mon ombre était incomplète, mordue au niveau du genou gauche et de la cuisse droite. C’était mon fardeau depuis des années et il venait de s’aggraver. Léopold détruit la statuette en cuir. L’ombre disparut.


Léopold Valentin

Guang Ying nous conseilla d’éteindre la bougie et d’allumer la lumière avant de se lever de son cercle. Une fois cela fait nous avons pu détailler le propriétaire des lieux, c’était un vieillard de quatre-vingts ans en habit traditionnel, une paire de lunettes avec de grosses corrections lui prenait tout le visage.

Il expliqua que les sbires de Sayk Fon Lee l’avaient piégé dans sa cave et qu’il avait juste eu le temps de faire le cercle pour se protéger. Il nous remercia et se présenta comme membre et chef de la société des Gardiens du Dernier Sacrilège sur Paris.

Sans attendre je lui posais pleins de questions. Pouvait-il m’aider ? Qui était les Gardiens ? Qu’elle était cette ombre ? J’étais paniquée et je voulais en savoir plus.
Malheureusement il m’annonça qu’il ne pouvait rien faire pour le mal qui me rongeait mais peut être que d’autres membres  des Gardiens du Dernier Sacrilège pourraient m’aider en Chine « Celui qui cherche le Dernier Sacrilège trouve un bras allié. » Quand je m’enquis des symptômes qui pourraient me frapper j’eus la confirmation de ce que je redoutais. Des douleurs chroniques, une perte de force et à terme la mort…Lasse j’écoutais les restes des informations en me résignant à mon sort.

Il nous expliqua que la bougie était faite à partir d’une graisse d’un autre monde, que grâce à ce genre d’artefacts Sayk Fon Lee pouvait contrôler des créatures à sa guise mais en petit nombre. Le sorcier voulait profiter d’être en France pour récupérer chez Louis Lonsdale un objet « La porte des ombres » qui lui donnerait accès à un plus grand pouvoir. Cet homme pouvait faire se prosterner des démons d’air et de terre. S’il accédait à ce portail cela n’annonçait rien de bon.

Yu Chen est la filleule de Guang Ying, il cherche à la protéger, dut elle en souffrir avec un nouveau rituel.
Léopold me donna la bougie, il était temps de savoir ce que Yu Chen était devenue…notre groupe partit à l’hôpital.

A notre arrivée le personnel d’hôpital nous indiqua que Yu Chen était partie avec un homme ressemblant fortement à Sayk Fon Lee en le suivant docilement. Nous arrivions trop tard ! La gare était notre seule chance de les rattraper.
Même en nous pressant nous n’avons pu rejoindre l’endroit que une heure plus tard mais ils n’avaient pas l’air d’être là. Nous avons montés la garde.


IV Le fantôme de la mort

La gare était déserte, la pleine lune illuminait la place, le cerf-volant de l’Exposition flottait paisiblement. Une voiture arriva avec Sayk Fon Lee, cinq hommes et une personne âgée à lunettes possiblement Monsieur Lonsdale. Quelques badauds continuaient leur chemin sans se rendre compte à qui ils avaient à faire.

Soudain l’ombre du cerf-volant se détacha, longea un mur à toute vitesse et fondit sur un passant. Son ombre disparut comme si on l’avait volée, l’homme tomba raide mort…sa main sur son cœur. Il venait de faire un arrêt cardiaque. Un frisson me parcourut, les yeux exorbités je comprenais à quoi j’avais échappée par deux fois. Le Docteur Elliot Matthews défaillit et Léopold fondit en larmes.

L’ombre était bien plus grande que ce que nous avions vu jusqu’à présent ! Nous n’étions pas de taille à affronter ce genre de choses. Je pris le temps de mettre le Docteur en position latérale pour éviter qu’il s’étouffe avant de rassurer Léopold qui avait maintenant le malheur de comprendre qu’il existait des choses surnaturelles que la science ne peut expliquer.

Sayk Fon Lee rentra dans la gare suivit par son escorte et l’Ombre. Très peu de temps après les membres de la société des Gardiens du dernier Sacrilège arrivèrent en trombe et foncèrent dans le bâtiment désaffecté. Des bruits de baston éclatèrent. Tandis que Léopold se remettait de ses émotions et que nous réveillons Elliot, Mike Specter et Sven Magnus passèrent au loin et s’engouffrèrent dans la gare sans nous voir.


Dans l’encadrement de la porte une vision nous arrêta, Mike Specter était proche de Guang Ying qui avait l’air mal en point. Les hommes de main de Sayk Fon Lee les entouraient. L’Ombre s’éleva plus terrifiante que jamais et passa à travers Guang Ying. L’ombre du vieillard sauta comme un animal blessé dans le torse de Louis Lonsdale qui s’écroula inconscient. Le combat dégénéra en guerre de clans. L’Ombre ainsi qu’un géant au service de Sayk Fon Lee faisaient des ravages chez les Gardiens. Sven prit un mauvais coup dans le ventre.

Elliot repéra un interrupteur et nous indiqua qu’en l’atteignant nous pourrions réduire le pouvoir de l’ombre. Le seul problème est que le géant était entre nous et l’interrupteur. Avec mes jambes je ne pourrais jamais arriver à esquiver cette montagne de muscles, je pris donc la décision de sortir. Si j’arrivais à détruire la source de la projection comme avec la statuette de cuir nous aurions l’avantage.

Je montais donc sur le toit pour atteindre le cerf-volant mais un des sbires me barra la route. Je voulus passer en force mais un choc à l’oreille me sonna. Des coups de revolver retentirent au loin. Mes compagnons d’infortune risquaient leurs vies, il fallait faire vite. Je courus et passa la garde du sbire. Des lumières dans l’entrepôt s’allumèrent mais les bruits de combat continuèrent.

A vive allure je pus accéder au toit où deux hommes montaient la garde. Je tentais de les convaincre que leur chef avait besoin d’eux mais visiblement mon accent russe ne les décida pas. Ils s’avancèrent vers moi en dégainant leurs sabres. Je ne n’avais pas d’armes, je ne pus que reculer.


Un coup de feu, plus près cette fois-ci, résonna à l’extérieur. Une balle coupa la corde du cerf-volant qui se mit à dériver, l’Ombre fut emportée par les vents. En bas Mike Specter était sorti de l’entrepôt le canon de son revolver fumant encore un peu. Le combat s’arrêta, Sayk Fon Lee et ses sbires prirent la fuite dans la locomotive, emportant Monsieur Lonsdale avec eux.
En descendant je pus voir le carnage que j’avais esquivé, il restait deux gardiens en vie, il soutenait Guang Ying du mieux qu’ils pouvaient. Sven et Léopold étaient en très mauvais état.
Ryu Ru arriva avec des renforts à bord d’une fourgonnette. Ils s’occupèrent de recoudre Sven et d’administrer quelques soins à Léopold avant nous inviter très fortement à les suivre.


Ils débarrassèrent les corps des Gardiens morts, un invité se joignit à nous avant de fermer les portières de la voiture.
C’était Georges Guédon qui n’était pas très content ce qui venait d’arriver, il allait faire son possible pour calmer les choses et voulu nous proposer un terrain d’entente. Mais notre attention fut attiré par Guang Ying qui respirait difficilement, comment pouvait-il encore survivre sans son ombre ?!

L’Ombre du cerf-volant allait dériver et manger tout sur son passage, nous avons laissé s’échapper un esprit affamé. Guang Ying nous révéla les intentions du sorcier, ce dernier voulait se faire tatouer le symbole du Rançonneur de Droit divin ainsi il pourrait contrôler « le messager des tourmentes ».
Guang Ying enchaina, les séides du sorcier étaient tous tatoués, des écailles ou griffes de dragons c’était à la fois un pouvoir ou une malédiction. Une façon de prêter allégeant à leur chef. Sayk Fon Lee pourrait les contrôler s’il arrive à avoir le tatouage du Rançonneur de Droit Divin.
Il nous pria de prévenir Agai Chen, le père de Yu Chen que le sorcier avait sa fille en otage.
La respiration de Guang Ying devient difficile, il nous mit en garde une dernière fois avant de s’éteindre dans les bras des autres Gardiens.

« Ne vous approchez pas de l’océan noir. »

Sa vie quitta son corps.


V Préparation

Georges Guédon fit le point sur ce qu’il savait. Mei Fang avait fait appel à Sayk Fon Lee pour qu’il la débarrasse d’un tatouage de dragon mais il n’en avait rien fait. Au consulat un certain Monsieur Stewart, un américain était mort. Il avait voulu négocier un contrat à l’amiable avec les japonais mais ça n’avait pas marché. Sa marchandise avait été envoyée à Dairen en Mandchourie.

Dans le pavillon chinois de l’exposition des articles ont été volés :
- Le messager des tourmentes, un médaillon du XIXème siècle de la province de Yunnan.
- Une dague rituelle mandchoue du XVIème siècle.
- Et un écritoire en Mandarin du XVIIème siècle.

Le ministre prépara l’expédition pour la semaine d’après, il nous conseilla de rencontrer le seigneur de guerre Mandchoue sans Sayk Fon Lee. Nous allions être en mission diplomatique, nous n’aurions pas droit à l’erreur.

Dans des notes retrouvées par Sven Magnus et Mike Specter, il était précisé que Louis Lonsdale avait des absences, il avait vu un dragon d’ivoire, une barque sur pilotis et qu'il avait une marque d’un ancien symbole chinois au creux du bras.

Une lettre à d’un certain Tarec Salam Upkaï pour Monsieur Lonsdale disait qu’il avait examiné un livre que ce dernier lui avait envoyé. Datant de plusieurs siècles il s’agirait de l’œuvre d’Abdul Alhazred. La couverture serait faite de peaux humaines et le savoir de ce livre ne devait pas tomber entre de mauvaises mains.
Peut-être pourrions-nous contacter Tarec Salam Upkaï lors de notre escale à Bagdad.

J’espère surtout rencontrer les Gardiens du Dernier Sacrilège en Chine même si ils seront difficiles à dénicher.
Je suis heureuse de pouvoir voyager sans empiéter sur mes frais mais après l’agitation de ces derniers jours je me demande où ce périple m’emmènera. Vais-je vraiment trouver un remède à ce qui me ronge ? La route vers le savoir est jonchée de morts, espérons que je ne serais pas la prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://ravla.tumblr.com/
 
AdCthulhu : Les 5 supplices.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois petite nouvelles (Tatters, Nothing springs to mind, Pru Miss Match)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: