Un club de jeu de rôle à Bruxelles - Locaux disponibles 24h/24, 7j/7 - Salles fumeurs et non-fumeurs - Avec le soutien de la COCOF et de la Commune d'Anderlecht
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue chez les Saigneurs du Chaos
25 ans d'ASBL, ça se fête Very Happy
Rappel : Le local de la cave appartient à Alpa et est strictement non fumeur.
Pensez à remplir les frigos pour les suivants. On aime tous les boissons fraîches Wink
Parler de jeu de rôle en se lissant la moustache et en se faisant des taches de sauce ? Les Spaghettis du MJ, c'est tous les mois A table
Tu ne sais pas comment ajouter une date au calendrier ? Tu en as besoin ? Voilà comment faire
L'ordinateur est votre ami. Souriez, citoyen.
Tu aimes le club, le gris et l'orange, tu peux acheter un T-shirt SDC. Sinon, achètes-en deux Mr. Green
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Tu veux nous aider à nous faire connaître ? Tu peux utiliser nos signatures dans les autres forums de jeux Very Happy
Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
For the night is dark and full of terror.
C'est plus fort que toi. Dès qu'un mec se mouche, il faut que tu gardes la morve.
Je suis très désappointé !
Ne fais pas attention à l'aspect rudimentaire de cette maquette, je n'ai pas eu le temps de la faire à l’échelle ni de la peindre.
Tu as une grosse voiture et du temps ? On veut bien un coup de main pour faire les courses du club de temps en temps Razz
Some men just want to watch the world burn
J'adore qu'un plan se déroule sans accroc.
C'est à une demi-heure d'ici. J'y suis dans dix minutes.
Les dieux n’aiment pas qu’on ne travaille pas beaucoup. Les inactifs risquent toujours de se mettre à réfléchir.
Je suis désolé Dave. Je crains de ne pas pouvoir faire ça.
Chaussette !
Culture JDR : Darths & Droids (EN) ou (FR)
J'adore l'odeur du napalm au petit matin.
J'ai dégusté son foie avec des fèves au beurre... et un excellent chianti.
*scrontch scrontch* C'qui est embêtant dans les oiseaux c'est le bec. *scrontch scrontch*
Il ne fallait que cinq centièmes de secondes à X-OR pour se retrouver dans son scaphandre de combat.
J'aime ces petits moments de calme avant la tempête.
Ça ne compte quand-même que pour un !
T'endors pas, c'est l'heure de mourir.
Hulk... Smash.
Leeeerooooooooooooooooy Jeeeenkiiins !
Ni !
Mr Bond, vous avez la fâcheuse habitude de survivre
For the Watch...
Culture JDR : Dork Tower (EN)
I am the one who knocks.
Décidément les temps, comme les œufs sont durs.
Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre
The cake is a lie
Il ne sait pas se servir des trois coquillages...
T'as pas une gueule de porte-bonheur.
I lost my marbles.
Si seulement les kobolds pouvaient venir et t'emporter... Immédiatement.
Il me faut la consolation des ombres et l'obscurité de la nuit.
Ecoutez, ça devient ridicule. Si on se met à discuter des problèmes, on ne fera jamais rien.
FUS RO DAH !
Donjons et Dragons ... La grande aventure ... Par-delà la raison ... D'étranges créatures ...

Partagez | 
 

 Miles Christi - campagne

Aller en bas 
AuteurMessage
Astiaman
Bavard
avatar

Nombre de messages : 113
Localisation : Ixelles
Date d'inscription : 08/08/2016

MessageSujet: Miles Christi - campagne   Dim 3 Sep 2017 - 16:00

Nos héros sont à Damas déguisés en marchands. Deux objectifs : retrouver la trace d'une relique, la Lance Sainte, et découvrir ce qu'il est advenu de Salim El Ras, représentant du Calife signataire du Traité d'Aix-la-Chapelle, faction dont ils font désormais partie.

En sortant de chez Boutros Beïtenou, le marchand spécialisé en reliques qui leur a donné de précieuses indications sur la Lance Sainte et sa destination, les templiers tombent sur le chef de la caravane avec laquelle ils ont voyagé jusqu'à Damas. Celui-ci les avertit qu'un marchand, Julien Lapoire, s'est plaint aux autorités locales pour concurrence déloyale et veut leur peau après avoir été ruiné par une brusque baisse du prix des fruits. En effet, frère Lucius avait généreusement distribué une tonne de pommes des vergers de Beyrouth aux nécessiteux de la ville. Lapoire soupçonne le groupe de vouloir éliminer la concurrence pour mieux imposer leurs propres prix ensuite. Le chef de la caravane leur conseille d'éviter les auberges fréquentées par les marchands car Lapoire est à leur recherche et de se diriger vers des quartiers moins aisés. Une auberge miteuse pourrait les accueillir, ils n'y risqueront rien : le Soufi Assoiffé.
Sur ces entrefaites, le groupe tombe nez à nez avec Mario Cicerone (le cousin de Luigi) qui leur agite sous le nez une promesse de vente du briquet de Saint (???) pour une somme dérisoire. Mario ne sait pas que les frères ont déjà donné le briquet d'origine à Boutros Beïtenou en échange d'informations. Ils acceptent de lui vendre la copie du briquet dont ils disposent (qui n'est pas plus authentique que l'original au demeurant) pour 5 besants.

La journée avance et Aïkel Tariah, le membre des Assassins qui les accompagne, indique aux templiers qu'il a des amis dans la ville qui peuvent leur assurer hospitalité. Mais en échange il leur demande un service - effectuer une livraison dans la ville jusqu'à chez ses amis, sans poser de questions sur la cargaison ni la véritable identité des destinataires. Le groupe accepte et Aïkel les mène jusqu'à une ruelle où est stationnée une charrette remplie de gros paquets fermés. Il leur enjoint d'éviter à tout prix les patrouilles de la milice, nombreuses en ville ces derniers temps, et leur communique un trajet alambiqué fait de tours et de détours qu'ils doivent suivre. Manifestement, la cargaison n'est pas vraiment légale. Intrigués par son odeur, les templiers ouvrent un sac et découvrent qu'elle contient du haschisch et de l'opium. Ils se mettent tout de même en route à bord de la charrette.

Les frères n'ont pas fait cinq cent mètres qu'ils s'aperçoivent que la rue qu'ils devaient prendre est bloquée par un barrage de miliciens. Alors qu'ils tentent de le contourner en empruntant une autre ruelle, un des soldats les repère et leur crie de s'arrêter. Le groupe fait mine de ne pas entendre et continue dans la ruelle. Le milicien les rattrape et demande à inspecter la cargaison. Devant l'embarras des faux marchands, il leur fait comprendre que moyennant une coquette somme, il fermera les yeux. Le groupe ne disposant pas d'autant d'argent, Lucius, à l'abri des regards, l'assomme et le cache sous un porche. Les frères reprennent leur route mais se trompent dans la direction et sont bientôt perdus dans Damas, incapables de rejoindre l'itinéraire d'origine. Joachim et Lucius décident de partir en éclaireurs tandis que les autres frères gardent le chariot. Ils reviennent sur leurs pas et finissent par retrouver la rue où était le barrage. Celui-ci a disparu. Ils font un aller-retour jusqu'à la destination en mémorisant bien le parcours. Mais revenus à la ruelle où ils avaient laissé les autres templiers, la charrette n'est plus là ! Les deux autres frères gisent par terre - ils ont été attaqués par un groupe d'une quinzaine de bandits qui les ont mis rapidement hors de nuire et ont volé la cargaison. En interrogeant le voisinage, les frères obtiennent un précieux renseignement : il s'agit de la bande à Abdel, qui sévit dans le quartier depuis un certain temps.

Nos templiers errent désespérément dans les rues à la recherche d'informations, pour finalement se rendre à l'évidence : personne ne sait où trouver Abdel et il va être très difficile de récupérer la cargaison. Au détour d'une rue, ils entendent deux habitants parler du palais Azem, un lieu qui a récemment été réquisitionné et fermé pour y accueillir un dignitaire étranger. Cela pourrait correspondre à l'endroit où se trouve Salim El Ras. Frère Joachim interroge les deux hommes et découvre qu'il s'agissait d'une maison close très réputée. Maintenant, les hommes sont obligés d'aller dans un endroit beaucoup moins coté, la "Chamelle en rut". A la recherche de contacts qui pourraient les mettre sur la piste de la bande à Abdel, nos amis se dirigent vers ce bordel : ils sont souvent tenus par la pègre. Fidèles à leur voeu de chasteté, les frères refusent de "consommer" une fois sur place, ce qui agace le tenancier. Il prévient son patron qui chasse les templiers sans qu'ils aient pu apprendre quoi que ce soit sur la bande à Abdel.
Bien embêtés, ceux-ci décident de retourner à la maison des destinataires du chargement, qui s'avèrent être le groupe d'Assassins de la ville. Ceux-ci sont fort contrariés et acceptent bon gré mal gré d'aider les frères à retrouver la charrette, tout en leur faisant savoir que ce sont eux les responsables et qu'ils restent en première ligne. Les Assassins vont se renseigner sur la localisation de la bande à Abdel et s'ils ont quelque chose, ils leur feront savoir en passant un message à l'auberge du Soufi Assoiffé à l'intention de "Mourad Z".

En attendant et ne sachant pas bien quoi faire, le groupe s'attaque à sa deuxième mission. Le soir venu, ils vont explorer les environs du palais Azem. C'est un grand bâtiment très bien gardé qui ne paie pas de mine de l'extérieur mais qui comporte certainement un jardin intérieur ouvert. Lucius et Joachim montent sur le toit de la maison d'un barbier avoisinante mais découvrent qu'il sera difficile de sauter de là sur la toiture du palais sans se rompre le cou. Joachim éprouve de la difficulté à redescendre et Lucius doit l'aider. Cela alerte le barbier qui commence à faire une esclandre. Les deux frères s'enfuient et décident de se faire oublier pour le moment.

De retour au Soufi Assoiffé, le groupe prend des chambres pour la nuit et essaie d'obtenir des informations du tenancier. Celui-ci comme décidément beaucoup d'aubergistes depuis le début de leur aventure, semble étonnamment plein de ressources derrière un voile d'honnêteté indignée. Il a des contacts dans la pègre et pourrait obtenir par eux l'endroit exact ou se terre la bande à Abdel, moyennant par contre une partie de la cargaison. Les discussions s'arrêtent sur la moitié d'une caisse. L'aubergiste revient un peu plus tard et leur indique que la cachette actuelle d'Abdel et de sa trentaine d'hommes se trouve dans un entrepôt à la sortie de la ville. Les templiers décident d'agir le lendemain et montent se coucher en se séparant en deux chambrées. En pleine nuit, frère Lucius entend des bruits suspects à la porte. Il a à peine le temps de réveiller frère Joachim qu'un homme entre et donne l'ordre à des hommes de main derrière lui de les tuer. Lucius fonce vers la porte et la maintient à moitié fermée, tranchant de grands mouvements d'épée tout ce qui s'approche de l'entrebâillement. Joachim se saisit pendant ce temps de l'homme qui n'est autre que Julien Lapoire, le marchand ruiné. Il lui met son épée sous la gorge et fait entendre bien fort qu'il le tuera si les hommes derrière la porte ne quittent pas les lieux. Ce à quoi Lapoire réplique que de toute façon il n'aura pas l'argent pour les payer. Les mercenaires décident quand même de forcer la porte et déboulent à quatre dans la chambre. Joachim essaie d'attacher Lapoire au lit pour venir au secours de son compagnon les mains libres. Pendant ce temps, Lucius se bat comme un beau diable et élimine deux assaillants. Voyant sa force, le troisième s'enfuit par la porte et un autre essaie de passer par la fenêtre. Lucius se précipite vers lui et le perce de son épée. Son corps chute et s'écrase dans la rue au-dessous de l'auberge.

Pour échapper aux ennuis, les frères désormais totalement réveillés se dirigent vers la maison des Assassins pour leur révéler la cachette de la bande à Abdel. Ces derniers décident d'attaquer la nuit même. Les templiers devront être en première ligne lors de l'assaut. Le groupe arrive à l'entrepôt qui est sous haute garde : des bandits devant, d'autres sur le toit. Joachim et Lucius s'approchent d'eux faisant mine de vouloir leur acheter de la marchandise, puis au dernier moment sortent leur épée pour leur trancher la gorge. Lucius supplie Dieu d'aider les attaquants dans leur oeuvre, et un voile d'obscurité épaisse enveloppe miraculeusement toute la zone, ne permettant qu'aux Justes d'y voir clair ! Les templiers se dirigent droit vers l'endroit où se trouve le chargement volé dans l'entrepôt, décidant de ne pas faire de victimes inutiles. Ils s'aperçoivent que des assassins s'étaient déjà infiltrés à l'intérieur et ils les guident vers la sortie, non sans emporter d'autres charrettes appartenant à Abdel. L'importance du butin amassé convainc les Assassins de bien vouloir laisser une petite partie de la cargaison d'opium et de haschisch à l'aubergiste.

De retour chez les Assassins, ceux-ci confient au groupe qu'il existe un moyen facile de pénétrer dans le palais Azem - des grappins. Ils disposent de cet outillage et veulent bien leur prêter. Lucius et Joachim retournent au palais et profitent d'un trou dans la ronde des gardes pour monter sur le toit. En contrebas, un jardin magnifique s'ouvre à leur pieds. Ils sautent. Il n'y a aucun garde à l'intérieur, seulement de très jolies courtisanes et un petit homme rondouillard richement habillé. Ce dernier se dirige vers une des pièces du palais, un salon. Les frères inspectent le reste de l'édifice et n'y trouvent que des cuisines et des pièces de réception. Ils se dirigent alors vers l'homme visiblement occupé avec les jeunes femmes et lui font comprendre qu'ils sont du côté du Traité d'Aix-la-Chapelle. Ce dernier congédie les courtisanes et s'entretient avec eux. Il s'agit bien de Salim El Ras et il leur révèle un certain nombre de choses :


  • Il est prisonnier de l'Emir ici, même si c'est une prison dorée.
  • L'Emir l'a obligé à écrire de fausses lettres pour monter les membres du Traité les uns contre les autres : une de la part du Calife qui injurie le Comte de Tripoli et une similaire au Calife. Ces lettres sont frappées du sceau du calife que l'Emir garde dans son palais à Damas mais elles ne sont pas encore parties.
  • On l'a forcé à révéler que la princesse Nour, fille du Calife, doit partir en Arménie y rejoindre son futur époux avec sa dot. L'Emir connait maintenant son trajet et va tout faire pour l'empêcher de rejoindre sa destination.
  • El Ras a passé une partie de son enfance à Damas, il connait un passage secret qui part de la forge attenante au palais et permet d'accéder dans ce dernier.


Malheureusement, le temps presse et l'émissaire n'est pas assez athlétique pour sortir du palais avec les templiers par le toit. Les frères ressortent donc seuls par les mêmes moyens et retournent chez les Assassins. Bien qu'ils auraient voulu avertir leur ordre en premier, il n'existe pas de circuit de pigeons sûrs vers Beyrouth - ils mettent donc les Assassins au courant de leurs découvertes. Ceux-ci peuvent leur fournir des costumes de gardes de l'Emir pour qu'ils puissent circuler librement dans le palais. Après un peu de repos et un passage chez un tailleur pour ajuster les vêtements trop grands, les templiers se dirigent vers la forge. Le forgeron pense qu'ils viennent inspecter une commande d'armes passée un peu plus tôt ; pendant que frère Ault et frère ??? l'occupent, frère Lucius et frère Joachim empruntent la porte secrète et se retrouvent dans la cour du palais. Ils y tombent nez à nez avec... Luigi Cicerone, qui menace de les dénoncer s'ils ne révèlent pas la raison de leur présence. Les frères s'exécutent et en profitent pour lui demander l'emplacement de la chambre du capitaine des gardes où se trouve le sceau et les lettres. Luigi leur indique une porte non loin de sa propre chambre, et leur révèle qu'il a déjà fouillé dedans. Par chance, le capitaine est absent pour quelques jours. Pourtant, lorsque les templiers entrent chez le capitaine, celui-ci est bel et bien là. A l'issue d'un combat où les deux frères sont blessés, ils parviennent à en venir à bout. Lucius et Joachim sont soulagés de trouver dans des tiroirs les lettres écrites sous la contrainte qu'ils récupèrent immédiatement. Ils découvrent également dans d'autres documents que l'Emir est parti vers la Mecque avec ses troupes (certainement avec la Lance Sainte) et que le mercenaire Abdul El Halib habitant le quartier Mazeh à Damas a été mandaté pour intercepter la princesse Nour sur son chemin et se rémunérer avec sa dot. Par ailleurs, l'Emir a rendez-vous pour une raison inconnue avec un représentant du Saint Siège dont les initiales sont R.L.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
JeudiMaster
Intarissable moulin à paroles
avatar

Nombre de messages : 1676
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Miles Christi - campagne   Ven 20 Oct 2017 - 16:35

Alors que nous sommes encore dans la chambre du capitaine, des gardes ayant entendu des bruits suspects viennent frapper à la porte pour vérifier que tout va bien. Lucius (si je me souviens bien) se fait passer pour le capitaine et les rabroue en demandant aux soldats, au travers de la porte, qu'il le laisse tranquille car très occupé.

Une fois la garde loin, les deux comparses sortent et referment soigneusement la porte à clé. En chemin vers la sortie secrète du palais, Luigi Cicerone fait son apparition et reconnaît -bien évidemment- les deux templiers. Il est prêt à nous donner des informations si on jure sur la Bible de lui ramener la sainte Lance. Après beaucoup d'hésitations nous acceptons, car il est cruciale qu'elle soit retrouvée. Nous apprenons que le dirigeant de Montrouge et sa cavalerie s'arrêtera à Desra puis Akaba et enfin à la Mer rouge. En "bonus", il nous apprend que RL est Robert Lasourceclaire (chef de la caravane qui nous avait accueilli).

Nous allons le voir, tant qu'à faire, mais il est avec la courtisane favorite de l'Emir qui, pour se protéger, crie au viol. Lucius l'attrape et l'empêche de crier mais les gardes arrivent très peu de temps après alertés par les cris. Frère Lucius laisse frère Joachim s'en charger et emmène la belle sous le lit. Frère Joachim et Robert laissent entrer les gardes, et pour les détourner, frère Joachim les met sur la piste du capitaine, mort. La courtisane se trémousse dans les bras de frère Lucius, mais ce dernier arrive à garder son sang froid, même si elle y met vraiment du sien !

Robert se fiche des reliques, il ne croit pas à ces histoires d'objets de pouvoir. Il travaille pour le Saint-Siège, le Père souffre d'une maladie rare et il n'y a aucun soigneur qui puisse y faire quelque chose. Sauf un médecin du nom de Paparapous, qui a réussi à guérir des personnes qui souffraient de cette maladie. Alors qu'il était en Syrie pour récupérer des plantes médicinales particulières, il y a eu une dispute et il a tué son confrère. Résultat, il est emprisonné et condamné à mort. Comme il a reconnu travailler pour le pape, des négociations ont été entamées mais sont assez mal parties. Robert devra le faire évader. Et il est prêt à nous aider à récupérer la Lance si on l'aide à libérer le médecin grec.

De retour chez nos amis les assassins, frère Joachim insiste pour avoir leur aide également, mais à priori il y a une résistance à se mettre en action. Frère Joachim s'emporte et met la parole de notre guide en doute. En résulte des menaces et une remarque sarcastique de frère Lucius qui met un terme à la bonne entente.

On mandate dès lors Luigi de trouver un guide, et le temps qu'il le trouve, c'est l'heure de la prière. Joachim et Lucius s'écartent pour éviter de devoir feindre la prière. Les autres gardes se moquent de nous et font semblant de prier.

Nous commençons à chevaucher pour rattraper l'escorte de la lance, et après deux jours nous arrivons au second bivouac. Un village complètement ravagé. Des cadavres partout, les corps sont déchiquetés. Les seuls traces restantes sont celles de pas. Ceux d'un homme, dont la piste amène à une grotte.

À l'intérieur nous découvrons un ancien moine, Marcus Sanctibus. Qui avait réussi l'exploit de presque devenir un saint. Mais un démon, sous l'apparence d'un ange, lui a promis la vie éternelle sous la forme d'un pacte de sang. Ce démon pris ainsi possession de son âme il y a de cela... 300 ans.

Le démon, dernièrement, l'a obligé à récupérer la Lance. Ce qu'il a fait et... depuis qu'il détient l'objet sacré dans ses mains, il n'est plus dominé par le démon. Cette créature porte les traits d'un homme : Abdul El Alib. À savoir le mercenaire qui regroupe pour le moment pleins d'hommes pour attaquer la caravane de la princesse.

Marcus va partir à la recherche d'un sorcier pour se libérer de l'emprise du démon de manière définitive. Et frère Lucius lui laisse une mèche de cheveux afin qu'il retrouve les templiers pour leur prêter main forte contre le démon. Et obtenir sa revanche.

De retour à Damas, n'ayant plus de lieu de repos, les deux frères s'invitent chez Mario Cicerone et profitent, enfin, d'un peu de bon temps avec bain, un très bon repas et une galante compagnie. La cuisine italienne est absolument délicieuse, impossible d'y résister !
Revenir en haut Aller en bas
Astiaman
Bavard
avatar

Nombre de messages : 113
Localisation : Ixelles
Date d'inscription : 08/08/2016

MessageSujet: Re: Miles Christi - campagne   Jeu 23 Nov 2017 - 19:59

Mario Cicerone confie aux frères une information et une mission. Il aurait entendu dire que l'Arche de Noé aurait été retrouvée sur le Mont Ararat. Une planche de l'Arche aurait été expertisée comme véridique. Par ailleurs, il veut que les templiers fassent transiter pour son compte un chargement d'huile sainte jusqu'en Arménie. Cela peut coller avec leur mission principale qui est de partir vers le Nord à la recherche de la princesse Nour.

Les frères doivent maintenant s'introduire dans la citadelle de Damas pour libérer Paparapous, à la fois meurtrier incarcéré et le seul médecin capable de guérir le Saint-Père. Mario avance l'idée de se déguiser en membres de la famille de sa victime qui doivent assister à son exécution qui a lieu le lendemain. Envoyé contacter Robert La Source Claire, émissaire du Pape, le frère Ault est kidnappé par des hommes en armes accompagnés d'un Franc. Malgré leurs recherches, les autres templiers n'arrivent pas à obtenir plus d'informations sur ses agresseurs.

Ayant enfin réussi à rencontrer La Source Claire, celui-ci éclaire leur lanterne. Le Franc pourrait être Romanus Tusculum, un homme de main du cardinal Jacinthe qui vise à succéder au Pape une fois celui-ci mort. Deux possibilités s'offrent alors à La Source Claire: soit faire sortir Paparapous soit lui soutirer le secret de son remède avant qu'il meure.

Le lendemain, Lucius et Joachim parviennent à entrer déguisés dans la forteresse grâce à la complicité d'un garde soudoyé par Mario Cicerone. A l'intérieur, l'exécution de Paparapous se prépare. Ils est convenu avec les hommes de Mario de faire diversion pour attirer les gardes vers l'extérieur. A l'heure dite, une maison voisine prend feu. Frère Lucius fait aussi tomber une torche sur un tas de paille, ce qui oblige la garde à interrompre les "festivités" pour aller éteindre les incendies. La foule qui attend justice commence à gronder et à se diriger vers les prisons situées à l'intérieur. Lucius et Joachim la précèdent et pénètrent dans le couloir du bâtiment où se trouvent deux portes et un escalier au fond qui descend vers les geôles. Lucius parvient à retenir la foule en bloquant le couloir avec la porte. Pendant ce temps, Joachim se précipite en bas, trouve la cellule du médecin et le libère. Lucius fait diversion pour échapper à la foule arrivée en bas. Pendant ce temps, Joachim est remonté et tombé nez à nez avec des gardes qu'il tue non sans avoir subi des blessures. Les trois hommes s'enfuient par les écuries. Ils remarquent que Romanus Tusculum, l'espion envoyé par le cardinal et qui était présent dans la cour, fuit lui aussi. Lucius décide de le poursuivre pendant que Joachim continue avec le médecin.

Comme prévu, le sbire de Robert La Source Claire chargé de réceptionner Parapous se trouve aux abords de la citadelle et le recueille. Joachim rejoint alors son compagnon qu'il trouve en pourparlers avec Tusculum. Celui-ci essaie manifestement de le convaincre de rejoindre la cause du futur nouveau pape en lui faisant miroiter un poste haut placé.

Une insinuation de Tusculum fait réaliser aux deux frères qu'un des prisonniers enfermés dans les cellules voisines de Paparapous n'était autre qu'Ault. Ils sont passés à quelques mètres de leur ami sans même le réaliser ! Joachim retourne dans la citadelle et parvient à le libérer. En ressortant, ils retrouvent frère Lucius qui accepte le poste de commandeur proposé par Tusculum.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miles Christi - campagne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Miles Christi - campagne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Saigneurs du Chaos | Club de jeu de rôle à Bruxelles :: Jeu de role :: Résumés de parties-
Sauter vers: